T’ang Haywen

T’ang Haywen (曾海文), né en 1927 à Amoy (actuellement Xiamen) dans la province du Fujian (Chine), mort en 1991, est un peintre français d’origine chinoise ayant vécu et travaillé à Paris.

Le grand-père de T’ang Haywen lui enseigne la calligraphie. En 1937, au moment de l’invasion japonaise, la famille du jeune homme quitte la Chine et s’installe à Cholon, quartier chinois de Saigon au Vietnam. L’artiste part pour la France et s’installe à Paris en 1948.

T’ang Haywen peint d’abord des œuvres figuratives, des portraits et quelques paysages en utilisant les techniques de l’huile ou de l’acrylique. Il passe progressivement à l’encre au milieu des années 1960 et produit de nombreux lavis en diptyques et triptyques.

L’œuvre de T’ang Haywen est admirée pour la fusion qu’elle réalise entre les principes esthétiques et spirituels chinois et une forme d’expressionnisme abstrait d’origine occidentale. Pourtant T’ang, comme de nombreux autres peintres chinois, rejette le terme d’abstraction pour qualifier sa peinture et déclare en 1972 :

« Notre sensibilité profonde, liée à l’inconscient, ne peut se développer et grandir que nourrie par le tangible, c’est-à-dire, en ce qui concerne la peinture, par le rappel dans notre mémoire consciente d’expériences sensibles profondes et durables vécues par nous dans le monde réel. »

Depuis son décès prématuré en 1991, deux expositions rétrospectives, en 1997 et 2002, et un livre paru en 2002 ont apporté à son œuvre le début d’une reconnaissance. Bien qu’il n’ait jamais été intéressé par la réussite matérielle et ai choisi de rester à l’écart des mouvements et du milieu de l’art, T’ang est néanmoins l’inventeur d’un nouveau langage et d’un nouvel espace pictural.

Selon Jean-Paul Desroches, ancien conservateur en chef au musée Guimet, le processus créatif de T’ang « jaillit du fond de son être et s’incarne en des transpositions poétiques qui égalent celles des plus grands créateurs du XXe siècle. »

Expositions majeures

2013 : T’ang Haywen, a modern Chinese painter at the Art Basel Hong Kong Fair
2005 : Encre/ Chine: Peintures à l’encre par Jean Degottex, Gao Xingjian and T’ang Haywen, University, Museum and Art Gallery, Université de Hong Kong, Chine
2002 : Les chemins de l’encre, rétrospective, Musée Guimet, Paris, France
2002 : Les chemins de l’encre, Fondation Shiseido, Tokyo, Japon
1997 : Rétrospective, Musée des Beaux-Arts de Taipei, Taiwan
1996-1997 : Rétrospective itinérante, Musée océanographique de Monaco, Singapore Art Museum, Musée d’Art d’Extrême-Orient de Cologne, 1996-1997
1965 : International Art Center, Detroit, USA
1959 : Musée de Montréal, Montréal, Canada

 

Principales collections publiques

Musée Guimet, Paris
Musée Cernuschi, Paris
Musée d’Art Moderne, Paris
Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, Nice
Menil Collection, Houston
Art Institute, Chicago
Musée M+, Hong Kong

 

Expositions principales

Ink/ China: Ink paintings by Jean Degottex, Gao Xingjian and T’ang Haywen, University, Museum and Art Gallery, Hong Kong University, China, 2005
Paths of ink, retrospective, Musée Guimet, Paris, France, 2002
Paths of ink, Shiseido Foundation, Tokyo, Japon, 2002
Rétrospective, Taipei Fine Arts Museum, Taiwan, 1997
Rétrospective itinérante, Musée océanographique de Monaco, Singapore Art Museum, Musée d’Art d’Extrême-Orient de Cologne, 1996-1997
International Art Center, Detroit, USA, 1965
Musée de Montréal, Montréal, Canada, 1959

T’ANG Haywen
© T’ang Hayden, picture by Yonfan Manshih, 1991

T’ang HAYWEN – résultats de ventes

T’ANG Haywen

T’ang Haywen, Untitled, 1964-1966, Acrylique et encre sur toile, 209,5 cm x 175,8 cm, Sotheby’s Hong Kong, 20 janvier 2015, Lot 22, adjugé 378 420 € (premium price).

T’ANG Haywen

T’ang Haywen, Untitled, 1967-1968, Aquarelle sur Kiro-card, 100 cm x 70 cm, Christie’s Hong Kong, 28 novembre 2015, Lot 51, adjugé 165 512 € (premium price).