Hans Hartung (1904-1989)

« Mes éclairs enfantins ont eu, j’en suis sûr, une influence sur mon développement artistique, sur ma manière de peindre. Ils m’ont donné le sens de la vitesse du trait, l’envie de saisir par le crayon ou le pinceau l’instantané, ils m’ont fait connaître l’urgence de la spontanéité. » Hans Hartung

« Peintre des éclairs », Hans Hartung s’engage dans l’abstraction dès 1922.

Avec lui, l’expressivité du signe et le geste libre caractérisent son œuvre, une œuvre explosive qui prend forme entre graphisme noir et plages colorées.

C’est à Paris en 1935 qu’il rencontre d’autres artistes abstraits : Alexander Calder, Jean Hélion, Julio Gonzalez, des rencontres qui le confortent dans ses investigations menées jusque-là dans l’isolement.

Après la guerre et avec l’avènement de l’abstraction sur la scène artistique mondiale, Hans Hartung se rapproche de Gérard Schneider et Pierre Soulage, ce trio formé par les plus grands pionniers de l’Abstraction lyrique.

Son souci toujours constant de mener d’autres expérimentations le pousse à utiliser de nouveaux outils dans les années 60, tels le pistolet, la large brosse et le rouleau, ainsi que de nouveaux mediums : le vinyle et l’acrylique qui séchant plus vite, lui permettent de travailler dans la rapidité et l’immédiateté.

« Ce que j’aime, c’est agir sur la toile. Agir ? C’est gratter, déchirer, tacher, envahir la toile de couleurs, bref tout ce qui n’est pas « peindre. » » Hans Hartung

En 1960, c’est l’acmé de sa reconnaissance : Hans Hartung reçoit le Grand Prix international de la peinture de la Biennale de Venise. Il est élu à l’Académie des Beaux-Arts à Paris en 1977.

« Les toiles de Hartung s’analysent ainsi beaucoup moins en fonction d’un contenu qu’en termes de dynamisme et de rayonnement. Ce qu’il y a de plus remarquable en elles, c’est la tension conciliée avec un degré extrême de raffinement. » M. Conil Lacoste

La Fondation Hans Hartung et Anna-Eva Bergmann -sa femme et peintreest créée depuis 1994, installée à Antibes.

Collections publiques

Amsterdam, Stedelijk Museum
Berlin, Neue Nationalgalerie
Chicago, Chicago Art Institute
Cleveland, Cleveland Museum of Art
Londres, Tate Gallery
Madrid, Museo nacional Centro de Arte Reina Sofía
Munich, Pinakothek der Modern
New York, Museum of Modern Art (MoMa)
New York, Metropolitan Museum of Art (Met)
Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Paris, Musée national d’Art Moderne, Centre Georges-Pompidou
Philadelphie, Philadelphia Museum of Art
San Francisco, Fine Arts Museums of San Francisco
Washington D.C., Hirshhorn Museum and Sculpture Garden
Zurich, Kunsthaus

 

Collection privée majeure

Genève, Fondation Gandur pour l’Art

 

Expositions majeures

Rétrospective, exposition itinérante : Palais des Beaux Arts, Bruxelles / Kunsthaus, Zurich / Museum des 20. Jahrhunderts, Vienne / Stedelijk Museum, Amsterdam, 1963-64

Rétrospective, exposition itinérante : Musée national d’Art Moderne, Paris / Museum of Fine Arts, Houston / Musée du Québec, Québec / Musée d’Art contemporain, Montréal, 1968-1969

Hans Hartung, Retrospektive 1921-1974, Gemalde, Tuschen, exposition itinérante : Wallraf-Richartz-Museum, Cologne / Nationalgalerie, Berlin / Städtische Galerie im Lenbachhaus, 1974-1975

Hans Hartung, Paintings 1971-1975, Metropolitan Museum of Art, New York, 1975

Rétrospective, exposition itinérante : Städtische Kunsthalle, Düsseldorf / Staatsgalerie Moderner Kunst, Munich, 1982

Hans Hartung, Taiwan Art Museum, Taipei, 1997

Hartung en Chine, exposition itinérante : Palace of Fine Arts, Pékin / National Museum, Nankin, 2005

L’Envolée lyrique, Paris 1945-1956, Musée du Luxembourg, Paris, 2006

Les Sujets de l’abstraction, Peinture non-figurative de la Seconde École de Paris (1946-1962), Fondation Gandur pour l’Art, Musée Rath, Genève, 2011

Hans Hartung

« Hans Hartung – La peinture comme expérimentation, 1962-1989 »
Du 24 mai au 19 août 2018
Kunstmuseum, Bonn, Allemagne

À partir du 24 mai 2018, le Kunstmuseum de Bonn présentera un exceptionnel ensemble d’œuvres issues des trois dernières décennies de production de Hans Hartung. La Fondation Hartung-Bergman prête pour l’occasion plus de quarante pièces à l’institution allemande. Cet événement donnera lieu à la publication d’un catalogue regroupant des essais de Katharina Grosse, Fabrice Hergott et Christoph Schreier.

Plus d’informations