Zao Wou-Ki

« Je pense que tous les peintres sont réalistes pour eux-mêmes. Ils ne sont abstraits que pour les autres. »

Né dans une famille aisée issue de l’ancienne dynastie Song, Zao Wou-Ki commence à dessiner dès le plus jeune âge. Son père, banquier, le soutient et l’autorise à étudier la peinture traditionnelle chinoise et occidentale à l’école des beaux-arts de Hangzhou. Après sa formation et dans cette même institution, l’artiste donne des cours de dessin pendant cinq ans. Sa première exposition personnelle a lieu à Chongqing alors qu’il n’a que 21 ans. Fortement influencé par Cézanne, Matisse et Picasso, Wou-Ki s’installe à Paris en 1948. Sa création devient alors abstraite et il rencontre Pierre Soulages, Sam Francis, Norman Bluhm et Jean-Paul Riopelle, entre autres.

Son œuvre est très diverse : il commence part un travail figuratif, principalement des portraits, des natures mortes et des paysages, puis, dès les années 1950, il s’oriente vers l’abstraction, et enfin vers l’abstraction lyrique et la calligraphie dans les années 1960.

Né chinois, Zao Wou-Ki choisit la nationalité française en 1964.

En 2002, il devient membre de l’Académie des Beaux-Arts de Paris.

Principales collections publiques

The Tate Gallery, Londres
Victoria and Albert Museum, Londres
Bibliothèque royale d’Albert 1er de Belgique, Bruxelles
Musées d’art Moderne, Musées Royaux des Beaux-arts de Belgique, Bruxelles
Musée des Beaux-Arts, Montréal
Canadian Imperial Bank of Commerce, Toronto
Zyejiang Academy of Fine Arts, Hangzhou
National Institute of Fine Arts, Pékin
Hong Kong Museum of Art
Art Institute of Chicago, Chicago
Museum of Fine Arts, Houston
Museum of Modern Art, New York.
Solomon R. Guggenheim Museum, New York
Carnegie Institute, Pittsburgh
San Francisco Museum of Modern Art, San Francisco
Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris
Musée national d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris
National Museum of Art, Osaka

ZAO WOU-KI