le corbusier - portrait

Le Corbusier, 1950
© FLC/ADAGP, 2009

Le Corbusier

(1887-1965)

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le canton de Neuchâtel, en Suisse, et mort le 27 août 1965 à Roquebrune-Cap-Martin, plus connu sous le pseudonyme de « Le Corbusier », est un architecte, urbaniste, décorateur, peintre, sculpteur et homme de lettres, suisse de naissance et naturalisé français en 1930.

Œuvres

Pour recevoir des informations sur les œuvres disponibles de Le Corbusier,
merci de NOUS CONTACTER.

le corbusier - dessin peinture de 1937

Sans titre – 1937

20 x 30 cm
Technique mixte sur papier
Signé et daté « Le Corbusier 37 » à gauche

Biographie

Charles-Édouard Jeanneret-Gris, connu sous le pseudonyme de Le Corbusier, est né le 6 octobre 1887 à La Chaux-de-Fonds. En 1900, il entamera une formation de graveur-ciseleur à l’École d’Art de La Chaux-de-Fonds. Son professeur de dessin, Charles L’Eplattenier, le dirigera vers l’architecture en 1904 et le poussa à réaliser sa première villa à l’âge de dix-sept ans. Il apprend la technique du béton auprès de l’architecte Auguste Perret à Paris. Avec Amédée Ozenfant, il fonde en 1920 le Purisme, courant artistique héritier du cubisme. Le Corbusier ouvre un atelier d’architecture à Paris et lance une ligne de meubles.

En 1922 il s’associe en tant qu’architecte avec son cousin architecte designer Pierre Jeanneret. En 1925, à l’Exposition internationale des Arts décoratifs, il construit un pavillon manifeste de son art, le Pavillon de l’Esprit nouveau. En 1928, il organise le Congrès international d’architecture moderne (CIAM).
À la suite de la crise économique de 1929 et jusqu’en 1945, Le Corbusier va se concentrer sur les problèmes de la concentration urbaine. Aménagement du front de mer d’Alger en 1960, étude d’urbanisation de Rio de Janeiro… Tous ses projets sont fortement critiqués.

« Là où naît l’ordre, naît le bien-être. » Les choix de Le Corbusier en architecture sont ceux qui définissent le purisme : simplicité des formes, organisation, rigueur. Cette vision est mêlée d’utopie, le bonheur étant l’une des clés de ses réflexions sur l’urbanisme. Son « langage » architectural s’applique aussi bien au logement économique qu’à la villa de luxe. En 1926, Le Corbusier définit « l’architecture moderne » en cinq points : les pilotis, le toit terrasse, le plan libre, la fenêtre en longueur et la façade libre. En 1933 au congrès du Congrès international d’architecture moderne (CIAM) d’Athènes, il affirme : « Les matériaux de l’urbanisme sont le soleil, l’espace, les arbres, l’acier et le ciment armé, dans cet ordre et dans cette hiérarchie. »

De 1946 à 1952, Le Corbusier construit la Cité radieuse de Marseille, pour laquelle il a tenté d’appliquer ses principes d’architecture pour une nouvelle forme de cité en créant un village vertical, composé de 360 appartements en duplex séparés par des rues intérieures.

Il meurt à l’âge de 77 ans, au Cap-Martin, le 27 août 1965.

le corbusier - photographie

Réalisations

Réalisations

1905 : Villas Fallet, Stotzer et Jacquemet, chemin de Pouillerel à La Chaux-de-Fonds, Suisse

1912 : Villa Favre-Jacot, 6 côte de Billodes, Le Locle, Suisse

1912 : Villa Jeanneret-Perret (dite aussi Maison Blanche), La Chaux-de-Fonds, Suisse

1916 : Villa Schwob (appelée aussi Villa Turque), La Chaux-de-Fonds, Suisse

1916 : Cinéma Scala, 52 rue de la Serre à La Chaux-de-Fonds, Suisse

1917 : Château d’eau à Podensac (Gironde)

1917 : Prototype de maison pour une cité ouvrière, rue Raphaël-Hennion, Saint-Nicolas-d’Aliermont (Seine-Maritime)

1921 : Aménagement de la villa Berque, villa de Montmorency, à Paris 16e

1922 : Villa Besnus, 85 boulevard de la République à Vaucresson (Hauts-de-Seine) (transformée)

1922 : Maison-atelier du peintre Amédée Ozenfant, 53 avenue Reille, à Paris 14e

1923 : Villas La Roche-Jeanneret, 8-10 square du Docteur-Blanche, Paris 16e

1923 : Villa Le Lac, 21 route de Lavaux, Corseaux, Suisse

1923 : Maisons-ateliers Lipchitz et Miestchaninoff, respectivement 9 allée des Pins et 7 rue des Arts à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)

1923 : Cité Frugès, Pessac, Gironde

1923 : Villa Ternisien, 5 allée des Pins, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), presque entièrement détruite en 1936

1924 : Lotissement de Lège, route de Porge, Lège-Cap-Ferret (Gironde)

1924 : Maison du Tonkin, rue Jean-Descas, Bordeaux (Gironde), détruite

1925 : Les habitations de la Cité Frugès à Pessac (Gironde)

1925 : Pavillon de l’Esprit Nouveau à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes (Paris)

1926 : Maison Cook, 6 rue Denfert-Rochereau à Boulogne-Billancourt

1926 : Maison Guiette, Populierenlaan 32, à Anvers (Belgique)

1926 : Palais du Peuple de l’Armée du salut, 29 rue des Cordelières à Paris 13e

1926 : Villa Stein appelée aussi « Les Terrasses », 15, rue du Professeur Pauchet à Vaucresson (Hauts-de-Seine)

1927 : Villa Church, à Ville-d’Avray, en 1927, détruite depuis

1927 : Maison Planeix, 26 boulevard Masséna à Paris 13e

1927 : Pavillon Nestlé d’exposition démontable pour la foire de Paris de 1928

1928 : Villa Baizeau, Carthage, Tunisie

1928 – 1931 : Villa Savoye, Poissy (Yvelines)

1929 : Aménagement de la péniche Louise-Catherine de l’Armée du salut, Paris (Seine)

1930 : Pavillon Suisse de la Cité internationale universitaire de Paris à Paris 14e

1930 : Villa l’Artaude, chemin de l’Artaude, Le Pradet (Var). Plan de 1929. Finition en 1931.

1930 – 1933 : Cité de refuge de l’Armée du salut, rue Cantagrel à Paris 13e

1931 – 1932 : Immeuble Clarté, Genève, Suisse

1931 : début de construction de l’immeuble Molitor au 24 rue Nungesser et Coli à la limite entre Boulogne-Billancourt et le 16e arrondissement de Paris. Le Corbusier habite avec Yvonne dès 1933 l’appartement et l’atelier privé jouxtant la terrasse.

1934 : Maison de week-end Henfel, 49 avenue du Chesnay à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines)

1935 : villa Le Sextant, 17, avenue de l’océan à La Palmyre dans la commune des Mathes (Charente-Maritime)

1946 – 1952 : Cité radieuse de Marseille (Unité d’habitation), Marseille46

1947 – 1952 : Siège des Nations unies, New York

1948 – 1951 : Usine Claude et Duval à Saint-Dié (Vosges), sa seule création à vocation industrielle

1950 – 1955 : Chapelle Notre-Dame-du-Haut, Ronchamp (Haute-Saône)

1951 : Le Palais des Filateurs, Villa Sarabhai et Villa Shodan, Ahmedabad, Inde

1952 : les maisons Jaoul (A et B), Neuilly-sur-Seine, (Hauts-de-Seine)

1953 – 1955 : Cité radieuse de Rezé, appelée aussi Maison radieuse, Rezé, (Loire-Atlantique)

1952-1959 : bâtiments à Chandigarh, Inde

1952 : Haute Cour du Pendjab et de l’Haryana (Chandigarh)

1952 : Musée et Galerie d’Art de Chandigarh

1953 : Secrétariat de Chandigarh

1953 : Club Nautique de Chandigarh

1955 : Assemblée de Chandigarh

1959 : École d’Art de Chandigarh

1954 : Pavillon du Brésil à la Cité internationale universitaire de Paris à Paris 14e

1956 : Sanskar Kendra, musée municipal d’Ahmedabad

1957 : Unité d’habitation de Berlin, Berlin, Charlottenburg

1958 : Pavillon du groupe électroménager Philips à l’exposition universelle de Bruxelles.

1959 : Couvent de La Tourette, Éveux (Rhône)

1959 : Musée national d’art occidental de Tokyo, Tokyo

1960 : Cité radieuse de Briey (non identique, mais sur le modèle et le même principe de celle de Marseille), Briey (Meurthe-et-Moselle)

1961 : Écluse de Kembs-Niffer (Haut-Rhin)

1961-1963 : Carpenter Center for the Visual Arts, Harvard, Cambridge

1964 -1969 : Firminy-Vert, (Loire)

1965 : Maison de la culture de Firminy-Vert, (nom actuel de l’édifice : Espace Le Corbusier)

1967 : Unité d’habitation de Firminy-Vert

1968 : Stade de Firminy-Vert

1970-2006 : Église Saint-Pierre de Firminy (œuvre posthume, réalisée par José Oubrerie)

1980 Gymnase Le Corbusier à Bagdad (œuvre posthume)

Bibliographie

Bibliographie

Olivier Barancy, Misère de l’espace moderne. La production de Le Corbusier et ses conséquences., coll. « Contre-Feux », Agone, 2017.

Karim Basbous, Avant l’œuvre, Les éditions de l’imprimeur, coll. « Tranches de ville »,

Tim Benton, Les Villas de Le Corbusier 1920-1930, édition Philippe Sers, Paris, 1984.

Maurice Besset, Qui était Le Corbusier ?, Skira, Paris-Genève, 1968.

Jean-Lucien Bonillo, Claude Massu et Daniel Pinson (dir.), La Modernité critique. Autour du CIAM 9 d’Aix-en-Provence, 1953. Éditions Imbernon, Marseille, 2007, 303 p.

Charles Bueb, Ronchamp, Le Corbusier, éditions Facteur Humain, Bruxelles, 2015, 77 pages.

Olivier Chadoin, Gilles Ragot, La Cité de refuge Le Corbusier et Pierre Jeanneret, L’usine à guérir, Éditions du Patrimoine, Paris, 2016

François Chaslin, Un Corbusier, Paris, Seuil (collection Fiction & Cie), 2015, 528 p.

Jean-Jacques Duval, Le Corbusier, l’écorce et la fleur, édition du Linteau, Paris, 2006, 208 pages.

Jean-Louis Ferrier, Yann Le Pichon, L’Aventure de l’art au XXe siècle, Paris, éditions du Chêne-Hachette, , 898 p. préface de Pontus Hultén

Kenneth Frampton, Le Corbusier, Hazan, Paris, 1997.

Lucien Hervé (photographe), Le Corbusier, l’artiste, l’écrivain, Neuchâtel, Griffon, 1970.

Xavier de Jarcy, Le Corbusier, un fascisme français, Paris, Albin Michel, 2015.

Charles Jencks, Le Corbusier and the tragic view of architecture, Penguin Books, London, 1973.

Charles Jencks, Le Corbusier and the continual revolution in architecture, The Monacelli Press, New-York, 2000.

Jean Jenger, Le Corbusier L’architecture pour émouvoir, Gallimard, coll. « Découvertes » no 179, 1993

Naïma Jornod et Jean-Pierre Jornod, Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret), catalogue raisonné de l’œuvre peint, Skira, 2005

Noël Jouenne, La vie collective des habitants du Corbusier, Paris, L’Harmattan, 2005

Noël Jouenne, Dans l’ombre du Corbusier. Ethnologie d’un habitat collectif ordinaire, Paris, L’Harmattan, 2007

Noël Jouenne, L’expérience corbuséenne d’une habitat collectif sous contrôle, Paris, L’Harmattan, 2017

Jacques Lucan (dir.), Le Corbusier, une encyclopédie, Centre Georges-Pompidou, Paris, 1987.

Frédéric Migayrou, Olivier Cinqualbre (dir.), Le Corbusier, mesures de l’homme, exposition, Paris, Centre de création industrielle, du 29 avril au 3 août 2015, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2015, 600 pages.

Gérard Monnier, Le Corbusier, éditions La Manufacture, Besançon, 1992, 216 pages.

Gérard Monnier, Le Corbusier, les unités d’habitation en France, Collection des destinées du patrimoine, Belin-Herscher, Paris, 2002, 240 pages.

Louis Montalte, pseudonyme d’Édouard Trouin, avec Fernand Léger Fallait-il bâtir le Mont St Michel, Éditions L’Amitié par le Livre, 1979, 540 pages plus notes XLVI pages

Marc Perelman, Urbs ex machina. Le Corbusier. Le courant froid de l’architecture, Montreuil, Les Éditions de la passion, 1986.

Marc Perelman, Le Corbusier, une froide vision du monde, Paris, Michalon, 2015, 256 p.

Michel Ragon (dir.), Le temps de Le Corbusier, Tribune éditions, édition Hermé, Paris, 1987, 220 pages.

Gilles Ragot, Mathilde Dion, Le Corbusier en France. Réalisations et projets, éd. Le Moniteur, 1992, 208 p.

Arthur Ruëgg (dir.), The Cell / La Cellule Le Corbusier. L’Unité d’habitation de Marseille, éd. Imbernon, Marseille, 2015, 104 p.

Pierre Saddy (dir.), Le Corbusier – le passé à réaction poétique, catalogue de l’exposition organisée par la Caisse nationale des Monuments historiques, 1987. Un fil ténu, mais efficace pour saisir l’artiste et l’architecte.

Luca Sampò, Le Maisons Jaoul di Le Corbusier. La petite maison e la città contemporanea, FrancoAngeli, Milano 2010.

Jacques Sbriglio, Le Corbusier : L’unité d’habitation de Marseille, Parenthèses, Marseille, 2013.

Jacques Sbriglio, Le Corbusier La Villa Savoye, Fondation Le Corbusier, Birkhauser, Suisse, 2008.

Marc Solitaire : Le Don de Jeanneret et les dons de Froebel – Thèse Doctorat Sc. École Polytechnique Fédérale de Zürich ; Ethz/1998 – 13057 (Online Ressources)

Marc Solitaire : Au retour de La Chaux-de-Fonds, Le Corbusier & Froebel ; de Marseille à Chandigarh – éditions Wiking 2016

Stefania Suma, Le Corbusier, collection Grands Architectes, Actes Sud, 2008, 120 pages. Traduction de l’italien par Christine Piot, de l’ouvrage publié par Motta architettura à Milan en 2006.

Brian Brace Taylor, Le Corbusier : la Cité de refuge : Paris 1929-1933, L’Equerre, Paris, 1981

Collectif, dir. de Éric Touchaleaume et Gérald Moreau, Le Corbusier – Pierre Jeanneret : L’aventure indienne, design-art-architecture, Montreuil, France, Éditions Gourcuff Gradenigo, 2010

Élisabeth Vedrenne, Le Corbusier, collection Mémoire du style, édition Assouline, Paris, 1999, 80 pages.

Nicholas Fox Weber, trad. Marie-France de Paloméra et Odile Demange, C’était Le Corbusier, Fayard, Paris, 2009

Fondation Le Corbusier (collectif et éditeur), Actes du colloque sur La conservation de l’œuvre construite par Le Corbusier, Paris, 1990.

Collectif, Le Corbusier, les unités d’habitations en France, éd. Belin, 2002

Collectif, Le Corbusier et la Méditerranée, catalogue de l’exposition du musée de la Vieille Charité à Marseille, Parenthèse, Marseille, 1987.

Collectif, Le Corbusier et la Bretagne, catalogue de l’exposition au château de Kerjean (Finistère) du 30 mars au 2 juin 1996. Éditions Nouvelles du Finistère, Quimper, Brest, 1996 : Un ouvrage qui traite des relations entre Le Corbusier et l’ébéniste breton Joseph Savina. Ce dernier réalisait des sculptures sur les dessins de l’architecte.

Collectif, Massilia 2011 Visiter Le Corbusier, annuaire d’études corbuséennes, éd. Imbernon, Marseille, 2011

Collectif, Massilia 2012 La boîte à miracles. Le Corbusier et le théâtre, annuaire d’études corbuséennes, éd. Imbernon, Marseille, 2012

Collectif, Massilia 2013 Le Corbusier, ultimes pensées / derniers projets – 1960/1965, annuaire d’études corbuséennes, éd. Imbernon, Marseille, 2014

Collectif, sous la direction de Bertrand Lemoine, 100 monuments du XXe siècle, Patrimoine et architecture de la France, Paris, Editions du Club France Loisirs, Paris, avec l’autorisation du Centre des monuments nationaux, Editions du patrimoine, , 240 p.

Le Corbusier-Pierre Jeanneret Chandigarh, India (éditions Galerie Patrick Seguin, Paris 2013)