jean dubuffet - portrait

Jean Dubuffet

(1901-1985)

Jean Dubuffet est un peintre et sculpteur français. Théoricien de l’Art brut, il est l’un des artistes majeurs du XXe siècle.

Pour recevoir des informations sur les œuvres disponibles de Jean Dubuffet,
merci de NOUS CONTACTER.

Actualité

newsletter 4 jean dubuffet paysages au ciel rougeoyant français

Une analyse de l’œuvre Paysage au ciel rougeoyant de Jean Dubuffet, par Mathilde Gubanski

Biographie

Les années de formation de Jean Dubuffet

Jean Dubuffet naît le 31 juillet 1901 au Havre de parents négociants en vin. Il entre en 1908 au lycée François Ier du Havre. Pendant ses études secondaires, il rencontre les futurs écrivains Georges Limbour, Armand Salacrou et Raymond Queneau. En 1917, Jean Dubuffet s’inscrit aux cours du soir de l’École des Beaux-arts du Havre. Il obtient son baccalauréat l’année suivante et se rend à Paris avec son ami Georges Limbour. Dubuffet suit les cours de l’Académie Julian pendant six mois seulement, préférant travailler seul. Il installe alors son atelier au 37, rue de la Chaussée d’Antin. Il fréquente les peintres Suzanne Valadon, Élie Lascaux et les écrivains Max Jacob et Charles-Albert Cingria. Jean Dubuffet rend également visite à Raoul Dufy dans son atelier. En 1920, Dubuffet séjourne à Alger avec ses parents. De retour à Paris, il s’isole beaucoup et choisi d’étudier la littérature, les langues et la musique. Jen Dubuffet cherche sa voie : « Je cherchais “l’Entrée”. Or ça n’allait pas ; j’avais l’impression que je n’étais pas adapté à ma condition humaine […] j’avais à l’arrière-plan comme une angoisse que tout cela ne pesait pas lourd. » Dubuffet fréquente l’atelier d’André Masson pendant l’année 1922. L’année suivante, il séjourne à Lausanne chez son ami l’écrivain Paul Budry. Il visite ensuite l’Italie, puis fait son service militaire. La même année, Jean Dubuffet rencontre les peintres Fernand Léger et Juan Gris, ainsi que le marchand Kahnweiler.

Les années de césure de Jean Dubuffet

À partir de 1924, Jean Dubuffet arrête de peindre pendant huit ans. Il doute de la valeur de la culture, convaincu que l’art occidental est étouffé par les références académiques : « Quand viennent s’installer les estrades pompeuses de la culture, sauvez-vous vite : l’art a peu de chance d’être de ce côté ». Cette année-là, Jean Dubuffet qui décide d’abandonner la peinture pour le commerce, séjourne à Buenos Aires pendant quatre mois puis retourne au Havre où il travaille avec son père qui décède en 1927. La même année, Dubuffet se marie avec Paulette Bret, ils auront une fille (Isalmina) deux ans plus tard. En 1930, Jean Dubuffet fonde à Bercy un négoce de vins en gros. Après un voyage en Hollande en 1932, le goût de la peinture lui revient et il loue un atelier rue du Val-de-Grâce où il va travailler tous les après-midis. Dès 1934, Jean Dubuffet met son commerce en gérance et pour se consacrer à la peinture. Il installe son nouvel atelier au 34, rue Lhomond et y expérimente de nouvelles formes d’expression. Il se lance dans la fabrication de marionnettes et de masques sculptés. Dubuffet et sa femme se séparent, et l’artiste rencontre Émilie Carlu qu’il épousera en 1937. Le peintre Dubuffet doit reprendre la direction de son commerce pour le sauver de la faillite et abandonne une nouvelle fois la peinture. En 1939, l’artiste est mobilisé au ministère de l’Air à Paris, et bientôt envoyé à Rochefort pour indiscipline. Il se réfugie à Céret où il est démobilisé et il reprend ses affaires à Paris en 1940. Le critique d’art Gaëtan Picon dit de Jean Dubuffet qu’il est alors un peintre « quasi clandestin ». Dubuffet décide pour la troisième fois de se consacrer exclusivement à la peinture en 1942, il ne cessera plus de peindre.

Le retour à la peinture pour Dubuffet et les premières controverses

Jean Dubuffet installe son atelier au 114 bis rue de Vaugirard et peint des tableaux et des gouaches.
L’artiste s’éloigne alors du souci de réalisme de ses tableaux précédents. Gaëtan Picon voit dans les personnages des tableaux de Jean Dubuffet « des esprits dressés au seuil de l’œuvre pour en annoncer l’esprit […] ce sont de hauts pavois marqués de son signe ». En 1943, son ami Georges Limbour achète à Dubuffet une œuvre et le présente au critique d’art Jean Paulhan, grâce auquel Dubuffet participe à l’exposition Le Nu dans l’art contemporain à la Galerie René Drouin. Il rencontre alors les poètes Pierre Seghers, Louis Parrot, Paul Éluard, André Frénaud, Eugène Guillevic, et Francis Ponge, ainsi que le peintre Jean Fautrier et les écrivains René de Solier et Marcel Arland.
Les expositions Mirobolus, Macadame et Cie et Hautes Pâtes présentées à la Galerie René Drouin entre 1944 et 1947 provoquent la controverse. Dubuffet répond aux détracteurs : « Il est vrai que la manière du dessin est, dans ces peintures exposées, tout à fait exempte d’aucun savoir-faire convenu comme on est habitué à le trouver aux tableaux faits par des peintres professionnels, et telle qu’il n’est nullement besoin d’aucunes études spéciales, ni d’aucuns dons congénitaux pour en exécuter de semblables (…). Il est vrai que les tracés n’ont pas été exécutés avec soin et minutie mais donnent au contraire l’impression d’une négligence (…). Enfin il est vrai que beaucoup de personnes éprouveront d’abord, au vu de ces tableaux, un sentiment d’effroi et d’aversion. » Jean Dubuffet a en effet une véritable volonté anti-culturelle. Ses œuvres sont inspirées par les dessins d’enfants et de malades mentaux dont il est un grand collectionneur. Dubuffet ne cherche pas à plaire ni à vendre, la fortune familiale le mettant à l’abri du besoin. Jean-Louis Ferrier et Yann Le Pichon racontent dans L’Aventure de l’art au XXe siècle : « la première exposition marquante dans Paris libéré à la galerie Drouin est celle d’un artiste inconnu, Dubuffet, dont la maladresse délibérée provoque un scandale tel qu’on n’en avait pas vu depuis longtemps. La galerie reçoit des lettres anonymes, le livre d’or est couvert d’insultes. »
En 1945 le marchand newyorkais Pierre Matisse rend visite au peintre Jean Dubuffet, qui expose alors ses lithographies à la Galerie André à Paris. La même année, Dubuffet rencontre l’écrivain Henri Michaux. En 1946, Jean Dubuffet expose pour la seconde fois à la Galerie René Drouin et publie Prospectus aux amateurs de tout genre chez Gallimard.

La naissance de l’Art Brut

Dubuffet, poussé par ses positions anti-culturelles, s’intéresse à de nouvelles formes d’art en dehors de toute production officielle. Il voyage ainsi en France et en Suisse à la recherche d’œuvres marginales, et le terme « Art Brut » apparait alors pour la première fois. Deux ans plus tard le sous-sol de la Galerie René Drouin, place Vendôme, devient le Foyer de l’Art Brut. Le lieu accueille des expositions des artistes Adolf Wölfli, Fleury Joseph Crépin, Aloïse Corbaz, Henri Salingardes, Auguste Forestier, Juva et Miguel Hernandez. En automne 1948, le Foyer de l’Art Brut est transféré dans un pavillon prêté par l’éditeur Gaston Gallimard et devient la Compagnie de l’Art Brut. Ses membres fondateurs sont le peintre Jean Dubuffet, les écrivains André Breton, Jean Paulhan et Michel Tapié, les marchands d’art Charles Ratton et Henri-Pierre Roché et le mécène Edmond Bomsel. Le peintre Slavko Kopac devient le conservateur de la collection. En 1947 Dubuffet est représenté par la Pierre Matisse Gallery à New York qui l’exposera régulièrement jusqu’en 1959. En 1949, la Galerie René Drouin expose 200 œuvres d’Art Brut de 60 artistes différents. Jean Dubuffet écrit le texte pour le catalogue d’exposition intitulé L’Art Brut préféré aux arts culturels et y défini la notion d’Art brut : « Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout (sujets, choix des matériaux mis en œuvre, moyens de transposition, rythmes, façons d’écriture, etc. ) de leur propre fond et non pas des poncifs de l’art classique ou de l’art à la mode. Nous y assistons à l’opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l’entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l’art donc où se manifeste la seule fonction de l’invention, et non, celles, constantes dans l’art culturel, du caméléon et du singe. »
La Compagnie de l’Art Brut est dissoute en 1951, et la collection est expédiée chez le peintre Alfonso Ossorio à Long Island près de New York. Elle y restera jusqu’en 1962 où Jean Dubuffet achète un immeuble au 137 rue de Sèvres (actuel emplacement de la Fondation Dubuffet) et y installe la collection. Elle comprend environ 1200 œuvres d’une centaine d’artistes différents. Le peintre Dubuffet enrichit cette collection d’une centaine d’œuvres également. Slavko Kopac est de nouveau le conservateur de la collection et la Compagnie de l’Art Brut est reconstituée. Les recherches sur l’Art Brut se multiplient, les premiers écrits paraissent, et le nombre d’œuvres augmente. En 1967, le Musée des Arts Décoratifs de Paris présente une sélection de 700 œuvres dues à 75 artistes. Afin d’assurer un statut définitif à la collection, Jean Dubuffet en fait don à la municipalité de Lausanne en 1972 qui la transfère en 1975 au château de Beaulieu aménagé à cet effet. La collection rassemble alors plus de 4 200 œuvres de 145 artistes différents. Jean Dubuffet ne mêlera jamais ses propres œuvres à cette collection : il en est l’inventeur et le théoricien. De nos jours, 30 000 œuvres font parties de cette collection d’Art brut.

Les Paysages du Mental et les Pâtes battues de Jean Dubuffet

En 1947, Jean Dubuffet expose à la Galerie Renée Drouin des portraits de ses amis : Jean Paulhan, Georges Limbour, Paul Léautaud, Jean Fautrier, Henri Michaux, Antonin Artaud, Michel Tapié et bien d’autres. L’écrivain surréaliste André Pieyre de Mandiargues dit à propos de cette série : « Faisant le portrait de ses amis avec une manière de tendresse barbare, il les colle au mur ! Inscrit comme d’une pointe de clou dans le plâtre enfumé, ce sont les meilleurs portraits des temps modernes. » Pour Dubuffet, le portrait ne doit pas viser la ressemblance des traits physiques, mais devenir l’effigie d’une personne.
Entre 1947 et 1949, Dubuffet séjourne 3 fois dans le désert du Sahara, notamment à El Goléa en Algérie. L’artiste veut y faire « table rase » pour parachever son « déconditionnement ». Dubuffet y peint beaucoup, notamment des paysages à l’huile et des carnets de croquis dont il donne une partie au MoMA de New York.
En 1951, la Galerie Rive Gauche présente la première rétrospective de Jean Dubuffet. L’artiste peint sa série des Paysages du Mental : « J’ai eu l’impression que certaines de ces peintures aboutissaient à des représentations qui peuvent frapper l’esprit comme une transposition du fonctionnement de la machinerie mentale […]. C’est pourquoi je les ai dénommées Paysages mentaux. Dans de nombreux tableaux de ce groupe, j’ai par la suite, oscillé continuellement entre le paysage concret et le paysage mental, me rapprochant tantôt de l’un, tantôt de l’autre. »
Dubuffet séjourne six mois à New York et se lie d’amitié avec Yves Tanguy. Il expose aux Arts Club de Chicago où il prononce, en anglais, son allocution Anticultural Positions. Il rentre à Paris l’année suivante et y peint sa série des Pâtes Battues. Il explique sa façon de peindre ces œuvres : « La technique consistait à caresser légèrement le tableau après qu’il était sec, d’un large pinceau plat, avec des tons, dorés, bistres, qui liaient le tout. Le pinceau ainsi frotté légèrement n’accroche que les reliefs, tout en laissant un peu fuser les couleurs de la peinture antérieure. (…) Ce n’est pas une seule fois que j’avais à promener mon large pinceau sur le tableau, mais plusieurs. (…) de tout cela, résultait un fin poudroiement doré, comme ombreux, alimenté de l’intérieur d’une bizarre lumière (…). »

En 1953, René Drouin et Pierre Matisse éditent le livre écrit par Georges Limbour L’Art Brut de Jean Dubuffet – Tableau bon levain à vous de cuire la pâte. En 1954, Dubuffet créé ses premières sculptures, assemblages de petites dimensions de matériaux diverses, qu’il expose à la Galerie Rive-Gauche.

Les débuts d’une reconnaissance internationale pour le peintre Jean Dubuffet

L’année suivante, Dubuffet et sa femme s’installent à Vence. Le peintre raconte : « À la fin de janvier 1955, les médecins préconisant pour ma femme l’habitat de Vence, je m’y transportai avec elle. J’eus quelque peine à y trouver un local approprié à mes travaux. Ne disposant d’abord que d’un petit atelier très exigu, j’y organisai un chantier d’assemblages d’empreintes à l’encre de Chine. » L’artiste y travaille toujours ses assemblages d’objets, et en 1957, ses recherches aboutissent aux séries : Topographies, Texturologies, Matériologies, Aires et sites. Ces œuvres sont également confrontées à l’incompréhension du public. Le galeriste Daniel Cordier raconte : « De toutes les recherches que Jean Dubuffet effectua, la série des Texturologies et des Matériologies est celle qui suscita le maximum de défiance et de quolibets. C’est peut-être parce qu’elle marquait le point ultime (et peut-être le plus accompli) de ses expériences sur le regard et sur les choses. (…) Dubuffet avait enfin fabriqué ce qu’il avait toujours souhaité : des machines à rêver avec des nappes de poussière indistinctes. Avec les Texturologies, il atteignait les sommets de la plus aride, mais aussi de la plus poétique abstraction. À l’opposé, avec les Matériologies, il révélait les vertus interloquantes du concret élémentaire. » En 1960, une importante rétrospective lui est consacrée au Musée des Arts Décoratifs de Paris. Dubuffet est de nouveau « l’unique artiste par qui le scandale arrive encore ».
Jean Dubuffet a sa première exposition à Londres à l’Institute of Contemporary Arts en 1955, puis une rétrospective en 1958 à la Arthur Tooth Gallery. Il bénéficie aussi d’une première rétrospective en Allemagne cette année-là, à Leverkusen. Entre Vence et Paris, Dubuffet se lie d’amitié avec l’artiste Philippe Dereux, le galeriste Alphonse Chave et l’écrivain Alexandre Vialatte.
En 1961, Dubuffet se lance dans des expériences musicales d’abord avec l’artiste Cobra Asger Jorn, puis seul. C’est également la période de sa série Paris Circus. Son œuvre graphique est exposée au Silkeborg Museum au Danemark et un catalogue raisonné est publié. En 1962, Dubuffet a la joie d’obtenir sa première rétrospective à New York au MoMA. Cette exposition voyage l’année suivante à Chicago et à Los Angeles.

L’Hourloupe de Jean Dubuffet

Jean Dubuffet créé pendant l’été 1962 une série de dessins aux stylos-billes rouges et bleus accompagnés de textes dans un jargon imaginaire. Ces œuvres sont rassemblées dans un petit livre qui donnera son titre au cycle de l’Hourloupe (1962-1974), cycle le plus long dans l’œuvre de Dubuffet. « Le mot Hourloupe était le titre d’un petit livre publié récemment et dans lequel figuraient, avec un texte en jargon, des reproductions de dessins aux stylos-billes rouges et bleus. Je l’associais, par assonance, à ‘hurler’, ‘hululer’, ‘loup’, ‘Riquet à la Houppe’ et le titre ‘Le Horla’ du livre de Maupassant inspiré d’égarement mental » explique Dubuffet. Dans ce cycle, l’artiste créé des tableaux qui sont des assemblages de dessins découpés. À propos de ces œuvres, le peintre précise qu’il ne s’agit pas de « collages comme ceux des mouvements dada, surréalistes, et cubistes qui consistaient à juxtaposer des éléments de rencontre (…) des objets non faits par les artistes eux-mêmes et destinés à une utilisation tout autre qu’artistique. L’effet visé résultait précisément du caractère tout à fait non-artistique de ces objets et de la surprise provoquée par leur utilisation dans une œuvre d’art. Mes assemblages procédaient d’un esprit tout différent puisqu’il s’y agit de tableaux formés de morceaux prélevés dans des peintures préalablement faites par moi-même à cette destination. » Toujours dans le cycle de L’Hourloupe, Dubuffet réalise des architectures qui sont des « sculptures habitables ». Il explique : « J’ai été saisi après par le désir de ne plus seulement faire face aux peintures tout en maintenant les pieds sur le rivage de la vie quotidienne, mais d’abandonner ce rivage, d’entrer dans les images, de les habiter. Il en est résulté des sortes d’architectures allusives et figuratives, des architectures imaginaires somme toute et qui ne sont pas de vraies architectures, mais plutôt des images constituées en un habitat. On se voit dans celles-ci entouré totalement de ses productions mentales et on peut en faire son exclusif aliment. » Son cycle de l’Hourloupe comprend des toiles, des encres de couleurs, des sculptures et des assemblages.
Le peintre Dubuffet s’intéresse aux œuvres en volumes, ce qu’il appelle ses « peintures monumentées ». Ce sont d’abord des objets : chaises, téléphones, arbres meubles à tiroir, tables ; puis des bâtiments : La Tour aux figures (classée monument historique), le Castelet l’Hourloupe, Château bleu et Jardin d’hiver (conservée au Centre Pompidou à Paris). Dans cette volonté de « sortir de l’image », Dubuffet apprend à maîtriser le polystyrène, le polyester, l’époxy et le béton projeté. En 1967, Dubuffet entreprend la construction du cabinet logologique : la Closerie Falbala, qui après avoir été présentée à Chicago, Bâle et Paris, sera installée à la Villa Falbala, elle-même construite pour l’y abriter à Périgny-sur-Yerres en île de France. L’année suivante Dubuffet commence la réalisation du Groupe des quatre arbres, commandé par David Rockefeller de la Chase Manhattan Bank de New York, pour décorer la Chase Manhattan Plaza. Ce sont des sculptures en époxy inaugurées en 1972.
Toujours au sein du cycle de l’Hourloupe, Dubuffet créé Coucou Bazar : un ballet de sculptures, de peintures et de costumes. Ce « tableau animé » est présenté pour la première fois à l’occasion d’une rétrospective de ses œuvres au musée Solomon R. Guggenheim de mai à juillet 1973, puis au Grand Palais à Paris la même année. La musique est de İlhan Mimaroğluu, compositeur turc de musique électronique et la chorégraphie de Jean McFaddin.

La consécration internationale de Jean Dubuffet

En 1964, Dubuffet montre ses œuvres récentes lors de la Biennale de Venise. La même année est publié le Catalogue Intégral des travaux de Jean Dubuffet. Ce catalogue regroupe aujourd’hui 38 fascicules dont chacun présente un ensemble d’œuvres appartenant au même cycle. Les œuvres présentées vont de 1917 à 1985. En 1966, deux rétrospectives de Dubuffet sont organisées aux États-Unis : à Dallas et à Minneapolis, une rétrospective est montée à Londres à la Tate Gallery et une rétrospective est présentée à Amsterdam au Stedelijk Museum. Le Solomon R. Guggenheim Museum de New York expose ses œuvres de l’Hourloupe.
L’année suivante, Dubuffet fait don de 180 œuvres au Musée des Arts Décoratifs de Paris et les éditions Gallimard publient les deux premiers tomes de Prospectus et tous écrits suivants. Les deux derniers tomes seront publiés en 1995. Une première rétrospective de Dubuffet est montrée au Canada, au Musée des Beaux-Arts de Montréal. L’année suivante sont organisées deux importantes expositions à Bâle, au Kunstmuseum et à la Kunsthalle. En 1972, le Musée d’Art Moderne de Paris lui organise une exposition personnelle. La Fondation Dubuffet est créée l’année suivante. Le Jardin d’émail est inauguré au Musée Kröller-Muller à Otterlo aux Pays-Bas, en 1974. Deux ans plus tard, la Fundación Juan March à Madrid organise la première rétrospective de Dubuffet en Espagne. En 1978, FIAT organise à Turin une projection lumineuse de peintures, une exposition et une troisième représentation de Coucou Bazar. La même année, une rétrospective est organisée au Havre au Musée des Beaux-Arts et une première exposition personnelle au Japon est présentée à la Fuji Television Gallery à Tokyo. En 1980, une rétrospective itinérante est présentée à la Akademie der Kunst à Berlin, puis au Moderner Kunste Museum à Vienne et enfin au Joseph Haubrich Kunsthalle à Cologne l’année suivante. Pour le 80ème anniversaire du peintre Dubuffet, le Solomon R. Guggenheim Museum de New York et le Centre Pompidou de Paris présentent chacun une exposition personnelle de l’artiste. Dubuffet inaugure le Manoir d’Essor pour le Louisiana Museum de Humlebæk au Danemark en 1982. La même année une rétrospective est présentée au Seibu Museum of Art à Tokyo. Cette exposition voyage ensuite à Osaka au National Museum of Art. En 1983, Dubuffet inaugure à Houston son Monument au fantôme commencé en 1977, puis il inaugure le Monument à la bête debout à Chicago en 1984. Le pavillon français de la Biennale de Venise lui est consacré cette année-là. La Fondation Dubuffet organise pour la première fois une exposition en Suède au Malmö Konsthall. Fin 1984, Dubuffet décide d’arrêter de peindre et rédige sa Biographie au pas de course en 1985. Jean Dubuffet meurt le 12 mai 1985 à Paris.

© Galerie Diane de Polignac / Mathilde Gubanski

jean dubuffet - portrait atelier

COLLECTIONS PUBLIQUES (SÉLECTION)

Collections Publiques (sélection)

Amsterdam, Stedelijk Museum

Bâle, Kunstmuseum

Bâle-Riehen, Fondation Beyeler

Berlin, National Galerie

Buffalo, Albright-Knox Art Gallery

Canberra, Australian National Gallery

Chicago, Art Institute

Cologne, Ludwig Museum

Dallas, Museum of Fine Arts

Detroit, Insitute of Art

Düsseldorf, Kunstsammlung Nordrhein Westfalen

Eindhoven, Stedelijk Van Abbemuseum

Frankfort, Staedel Museum

Ginals, Abbaye de Beaulieu

Grenoble, Musée d’Art Moderne

Hakone, Open Air Museum

Hanovre, Kunstmuseum

Hovikodden, Fondation Sonja Henie & Nils Onstad

Humlebaek, Louisiana Museum

Les Sabes d’Olonne, Musée de l’Abbaye-Sainte-Croix

Londres, Tate Modern

Lyon, Musée des Beaux-Arts

Marseille, Musée Cantini

Melbourne, National Gallery of Victoria

New York, Solomon R. Guggenheim Museum

New York, Museum of Modern Art

New York, Metropolitan Museum of Art

Oberlin, Allen Memorial Art Museum

Paris, Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou

Paris, Musée des Arts Décoratifs

Rotterdam, Museum Boymans

Saint-Etienne, Musée d’Art Moderne La Terrasse

Saint Louis, City Art Museum

Stockholm, Moderna Museet

Tel-Aviv, Museum of Art

Tokyo, Musée d’Art Occidental

Washington D.C, Hirschhorn Museum & Sculpture Garden

Washington D.C, National Gallery of Art

Zürich, Kunsthaus

EXPOSITIONS (SÉLECTION)

Expositions (sélection)

Galerie René Drouin, Paris, 1944, 1946, 1947, 1954

Pierre Matisse Gallery, New York, 1947, 1948, 1950, 1951, 1952, 1954, 1956, 1958, 1959, 1978, 1981

Galerie Geert van Bruaene, Bruxelles, 1949

Galerie Rive-Gauche, Paris, 1951, 1954, 1956

Arts Club of Chicago, Chicago, 1951

Galerie La Hune, Paris, 1953, 1958, 1964, 1967, 1979, 1985

Galerie Blanche, Stockholm, 1954

Institute of Contemporary Arts, Londres, 1955, 1966

Frank Perls Gallery, Beverly Hills, 1956, 1964

Museum Schloss Morsbroich, Leverkusen, 1957

Galleria del Naviglio, Milan, 1958, 1964, 1961

Arthur Tooth & Sons Gallery, Londres, 1958, 1960

Galerie Daniel Cordier, Frankfort, 1958, 1961

Galerie Daniel Cordier, Paris, 1959, 1960, 1962

Stedelijk van Abbemuseum, Eindhoven, 1960

Stedelijk Museum, Amsterdam, 1960, 1964, 1966, 2017

Kunsthaus, Zurich, 1960

Musée des Arts Décoratifs, Paris, 1960, 1967, 1968, 1976, 1978, 1991, 2013

Silkeborg Museum, Silkeborg, 1961

Museum of Modern Art, New York, 1962, 1968, 1972, 2014

Art Institute of Chicago, Chicago, 1962, 1970

Los Angeles County Museum of Art, Los Angeles, 1962

Galleria del Cavallino, Venise, 1962, 1964

Robert Fraser Gallery, Londres, 1962, 1964, 1966

Donald Morris Gallery, Detroit, 1964, 1974

Makler Gallery, Philadelphia, 1964, 1968, 1977

Philadelphia Museum of Art, Philadelphia, 1964

Galerie Claude Bernard, Paris, 1964, 1978

Galerie Jeanne Bucher, Paris, 1964, 1966, 1967, 1968, 1971, 1982, 1984, 1986, 1987, 1989, 1991, 2006, 2009

Galerie Beyeler, Bâle, 1965, 1968, 1975, 1976, 1985, 1988, 2009

Galerie Rudolf Zwirner, Cologne, 1965, 1977, 1979, 1980

Staatliche Graphische Sammlung, Munich, 1966, 1983

Museum of Fine Arts, Dallas, 1966

Walker Art Center, Minneapolis, 1966, 1973

Scottish National Gallery of Modern Art, Edinburgh, 1966

Tate Gallery, Londres, 1966

Museum of Contemporary Art, Nagaoka, 1966

Solomon R. Guggenheim Museum, New York, 1966, 1973, 1974, 1981

Svenk-Franska Konstgalleriet, Stockholm, 1967

Stephen Hahn Gallery, New York, 1967, 1972

Fondation Maeght, Saint Paul de Vence, 1967, 1985

Pace Gallery, New York, 1968, 1969, 1971, 1972, 1973, 1975, 1977, 1979, 1980, 1982, 1984, 1987, 2012, 2013, 2018

Galerie Daniel Gervis, Paris, 1969, 1977, 1992

Museum of Modern Art, San Francisco, 1969

Musée des Beaux-Arts, Montréal, 1969

City Art Museum, St. Louis, 1970

Öffentliche Kunstmuseum, Bâle, 1970

Musée d’Art Moderne de Paris, Paris, 1970

Waddington Galleries, Londres, 1972, 1975, 1980, 1981, 1983, 1985, 1987, 1990, 1994, 1999, 2000, 2018

Städtische Kunsthalle, Düsseldorf, 1972

Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, 1973

Delaware Art Museum, Wilmington, 1974

Kroller Muller Museum, Amsterdam, 1974

Stadtische Kunsthalle, Düsseldorf, 1974

Museum of Art, Carnegie Institute, Pittsburgh, 1974

Musée National d’Art Moderne, Centre Georges Pompidou, Paris, 1970, 1975, 1981, 1985, 1988, 2001

Fundación Juan March, Madrid, 1976

Hokin Gallery, Palm Beach, 1977, 1979, 1983, 1989

Musée des Beaux-Arts André Malraux, Le Havre, 1977, 1985, 2001

Bündner Kunstmuseum Chur, Coire, 1977

Badischer Kunstverein, Karlsruhe, 1977

Karl Ernst Osthaus Museum, Hagen, 1977

Galerie Valeur, Nagoya, 1977

Birmingham Museum of Art, Alabama, 1978

Indianapolis Museum of Art, Indiana, 1978

Fuji Television Gallery, Tokyo, 1978

Sammlung Neuerburg, Walraf-Richartz Museum, Cologne, 1980

Akademie der Künste, Berlin, 1980

Museum Moderner Kunste, Vienne, 1980

Josef-Haubrich-Kunsthalle, Cologne, 1980

Galerie Wildenstein, Tokyo, 1981

Palazzo Medici-Riccardi, Florence, 1981

Seibu Museum of Art, Tokyo, 1982

National Museum of Art, Osaka, 1982, 1993

Kunstmuseum, Hanover, 1983

Kunsthalle, Tübingen, 1983

Galerie Baudoin Lebon, Paris, 1983, 1988, 1991, 1995

Galerie Steinek, Vienne, 1983, 1987

Malmö-Konsthall, Malmö, 1984, 1985

Biennale de Venise – Pavillon français, Venise, 1984

École des Beaux-Arts, Paris, 1985

Galerie Alphonse Chave, Vence, 1985, 1995

James Goodman Gallery, New York, 1985, 1988, 2015

Elkon Gallery, New York, 1986, 1991, 2007

Peggy Guggenheim Collection, Venise, 1986

Gatodo Gallery Takeshiba, Tokyo, 1986

Contemporary Art Gallery, Tokyo, 1988

Amos Anderson Konst-museum, Helsinki, 1988

Henie-Onstad Kunstsenter, Høvikkodden, 1988

Landau Beaux-Arts, Montréal, 1988

Krannert Art Museum, Champaign, 1989

The Detroit Institute of Arts, Detroit, 1989

The William Benton Museum of Art, Storrs, 1989

The Museum of Modern Art, Fort Worth, 1989

Ludwig Museum, Cologne, 1989

Galleria Nazioinale d’Arte Moderna, Rome, 1989

Fondation Dubuffet, Paris, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996, 2001, 2006, 2013, 2015

Musée d’Art Moderne, Saint Etienne, 1990, 2002

Galerie Nationale du Jeu de Paume, Paris, 1991

Museo de Bellas Artes, Bilbao, 1991, 2000

Musée des Beaux-Arts, Angers, 1991

Musée d’Art Moderne, Villeneuve d’Ascq, 1991, 2005

Musée d’Art Moderne, Toulouse, 1991

Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, Nice, 1991

Fondation Pierre Gianadda, Martigny, 1992, 1993

Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Washington, D.C, 1993

Institut Français, Prague, 1993

Kunst Haus, Vienne, 1995

Musée National de Peinture et de Sculpture, Ankara, 1995

Musée du Touquet, Le Touquet, 1995

Gana Art Gallery, Seoul, 1995

Pace Wildenstein, New York, 1996, 2008

Centre Culturel Le Botanique, Bruxelles, 1996

Municipal Museum of Art, Himeji, 1997

Musée Préfectoral d’Art, Fukushima, 1997

Art Museum of Isetan, Tokyo, 1997

Musée Municipal d’Art, Kurashiki, 1997

Modern Art Museum, Toyama, 1997

Musée des Beaux-Arts, Carcassonne, 1998

National Museum of History, Taipei, 1998

Fundaçao Arpad Szenes-Vieira da Silva, Lisbonne, 2000

Israel Museum, Jérusalem, 2001

Guggenheim, Bilbao, 2003

Rupertinum Museum, Salzburg, 2003

Collection de l’Art Brut, Lausanne, 2005

Pera Müzesi, Istanbul, 2005

National Museum of Contemporary Art, Deoksugung, 2006

Helly Nahmad Gallery, New York, 2009

Henie Onstad Foundation, Høvikodden, 2011

Fonds Hélène & Édouard Leclerc pour la culture, Landerneau, 2014

Fondation Beyeler, Bâle-Riehen, 2016

Lille métropole Musée d’art Moderne, d’Art Contemporain et d’Art Brut, Villeneuve d’Ascq, 2016

Hammer Museum, Los Angeles, 2016

Rijksmuseum, Amsterdam, 2017

Musée de l’Élysée, Lausanne, 2018

Mucem, Marseille, 2019

BIBLIOGRAPHIE (SÉLECTION)

Bibliographie (sélection)

Pierre Seghers, L’Homme du commun ou Jean Dubuffet, Paris, Éditions Poésie, 1944

Pierre Volboudt, Les Assemblages de Jean Dubuffet. Signes, sols, sorts, Paris, Hazan XXe siècle, Paris, 1958

Gaëtan Picon, Le Travail de Jean Dubuffet, Genève, Éditions Albert Skira, 1973

Andréas Franzke, Dubuffet, Paris, Éditions Gallimard, 1975

Michel Thévoz, L’Art Brut, Genève, Éditions Albert Skira, 1975

Michel Ragon, La Fabuloserie, art hors-les-normes, Paris, Éditions Les Ateliers Jacob, 1983

Jean-Louis Prat, Jean Dubuffet. Rétrospective : peintures, sculptures, dessins : exposition du 6 juillet-6 octobre 1985, Saint-Paul-de-Vence, Fondation Maeght, 1985

Galerie Alphonse Chave, Salut à Jean Dubuffet et Slavko Kopač, Vence, Éditions Galerie Alphonse Chave, 1985

Michel Thévoz, Dubuffet, Genève, Éditions Albert Skira, 1986

Michel Laclotte, Jean-Pierre Cuzin, Dictionnaire de la peinture, Paris, Éditions Larousse, 1987

Alexandre Vialatte, Dubuffet et le grand magma, Paris, Arléa, 1988

Jean-Louis Ferrier, Yann Le Pichon, L’Aventure de l’art au XXe siècle, Paris, Éditions du Chêne-Hachette, 1988

Sophie Webel, L’Œuvre gravé et les livres illustrés par Jean Dubuffet. Catalogue raisonné, Paris, B. Lebon, 1991

Marcel Paquet, Catalogue des travaux de Jean Dubuffet 1917-1985, Paris, Éditions Casterman, 1993

Laurent Danchin et Martine Lusardy, Art Brut et compagnie : la face cachée de l’art contemporain, Paris, Broché, 1995

Michel Ragon, Du côté de l’art brut, Paris, Éditions Albin Michel, 1996

Michel Ragon, Jean Dubuffet, Paris, George Fall Éditions, 1996

Lucienne Peiry, De la clandestinité à la consécration. Histoire de la Collection de l’art brut, 1945-1996 (thèse de doctorat), Lausanne, université de Lausanne, 1996

Collectif Lille, Art Brut, collection de l’Aracine, Villeneuve-d’Ascq, Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut, 1997

Laurent Danchin, Jean Dubuffet, Paris, Éditions Terrail, 2001

Valérie Da Costa, Fabrice Hergott, Jean Dubuffet. Œuvres, écrits, entretiens, Paris, Éditions Hazan, 2006

Daniel Abadie, Dubuffet architecte, Paris, Éditions Hazan, coll. « Beaux-Arts », 2011

Céline Delavaux, L’Art brut, un fantasme de peintre, Paris, Flammarion, 2018