lois frederick - peinture 1978 - viewingroom

Loïs Frederick

Sans titre 1978
Acrylique sur papier monté sur carton
75 x 107,5 cm
Signé et daté « FREDERICK 78 » en haut à gauche.

À la fin des années 1960, un nouveau médium révolutionne la peinture de Loïs Frederick : l’acrylique. Elle permet d’enrichir encore la palette de l’artiste. Les couleurs sont vives, éclatantes, fluorescentes. La couleur envahit tout, et Loïs Frederick rejoint ses compatriotes américains du Color Field et du All Over. Le tableau n’a plus de sens, de bords, de centre.
Toutes les techniques, tous les finis, toutes les matières, toutes les couleurs se mettent au service de la lumière. Car c’est là la recherche ultime de Loïs Frederick : retranscrire les effets de lumière. Comme le dernier Monet et comme les Expressionnistes abstraits, Loïs Frederick nous plonge dans un univers poétique, mystérieux et méditatif construit sur les transparences.

bernard buffet - peinture 1997 - viewingroom

Bernard Buffet

La Baume 1997
Huile sur toile
130 x 89 cm
Signé « Bernard Buffet » en haut à droite,
daté « 1997 » en bas au milieu,
Titré au dos

Comme beaucoup de peintres modernes, Bernard Buffet, fasciné par les couleurs et la lumière du sud de la France, s’installe dans sa maison de La Baume, à Tourtour dans le Haut-Var. L’artiste peint de nombreuses vues de cette demeure qu’il aimait tant. La Baume devient ainsi un des symboles de l’œuvre du peintre.

gerard schneider - opus 47 b - viewingroom

Gérard Schneider

Opus 47 B – 1953
Huile sur toile
130 x 97 cm
Signé bas à gauche, daté et titré au dos

De cette œuvre forte se dégagent déjà les réflexes picturaux schneidériens : une couleur travaillée en profondeur par couches superposées et glacis, de larges et puissants coups de brosses et des stries doubles qui viennent dynamiser l’ensemble. Gérard Schneider maîtrise ici tous ses outils et monte en puissance vers son « abstraction dramatique ».

guy de rougemont - peinture 1965 - viewing room

Guy de Rougemont

Sans titre – 1965
Peinture vinylique sur toile
146 x 97 cm
Dimensions au dos

Dans les années 1960, Guy de Rougemont commence à travailler l’ellipse ; première forme géométrique qui l’obsède. L’artiste expérimente ce cercle allongé par la peinture vinylique sur la surface plane de la toile. L’ellipse est aussi la forme que l’on retrouve sur les premiers meubles de Rougemont, comme son iconique Table Nuage (Cloud Table).

le corbusier - papier 1937 - viewingroom

Le Corbusier

Sans titre – 1937
20 x 30 cm
Technique mixte sur papier
Signé et daté « Le Corbusier 37 » à gauche

« C’est dans la pratique des arts plastiques que j’ai trouvé la sève intellectuelle de mon urbanisme et de mon architecture » confie Le Corbusier. Cette œuvre montre deux figures devant une porte blanche, ouverte sur un espace noir. L’architecture est donc présente dans cette œuvre et apporte un effet de perspective. On y retrouve également les couleurs vives typiques de la période précédente des « Objets à réactions poétiques ». L’artiste expérimente ici le dessin des contours en un seul geste, inspiré par Matisse. Ce procédé sera appelé le « mariage des contours ». Le Corbusier dessine alors d’un seul trait le contour de deux objets ou de deux figures féminines.

roberto matta - peinture 1963 - viewingroom

Roberto Matta

Sans titre – 1963 ca.
Technique mixte sur toile
100 x 100 cm

Cette œuvre de 1963 fait partie de l’ensemble des Terres que Roberto Matta peint en Italie. Le matériau brut est mêlé à des colles et appliqué sur une toile de jute. L’utilisation de ces matériaux modestes est sans doute influencée par les artistes de l’Arte Povera. Matta prend conscience qu’il « était possible de peindre le processus du changement ». Sa recherche d’une forme en évolution constante provient de cette révélation. Cette idée est appliquée à la terre, matériau brut et pauvre, elle est transformée en pigment et atteint le statut d’œuvre d’art.

jean miotte - peinture 1973 - viewingroom

Jean Miotte

Sans titre – 1973
Acrylique sur toile
190 x 130 cm
Signé « Miotte » en bas à droite

« La peinture n’est pas une spéculation de l’esprit, c’est un geste de l’intérieur », explique Jean Miotte. Son œuvre est personnelle, inclassable, entre l’expressionnisme abstrait, l’art informel, le tachisme… Ses peintures ont été créées avec un geste immédiat, une intensité saisissante. « Le mouvement est ma vie » disait Jean Miotte, en cela, il a été comparé à Jackson Pollock.

marie raymond - peinture 1949 - viewingroom

Marie Raymond

Le Quadrille – 1949
Huile sur toile
54 x 65 cm
Signé « M. Raymond » en bas à droite

À la fin de la guerre, Marie Raymond choisit définitivement l’abstraction. Cette œuvre est un parfait exemple de son abstraction géométrique de la fin des années 1940. Originaire du sud de la France, Marie Raymond aime utiliser des couleurs chaudes dans ses œuvres. Ici, quatre formes jaunes et oranges se répartissent sur un fond rouge. Quelques lignes bleu clair viennent apporter du contraste. Cette composition organisée permet de rappeler que Marie Raymond a partagé son atelier parisien avec le peintre Piet Mondrian.

Dans la viewingroom, découvrez une sélection d’œuvres d’art exceptionnelles d’artistes du 20e siècle que nous présentons à la galerie.

La viewingroom de la galerie d’art Diane de Polignac est régulièrement enrichie de nouvelles œuvres d’art moderne.

Vous pouvez nous contacter à tout moment pour obtenir plus d’information sur l’œuvre de votre choix, ainsi que son prix, en cliquant sur le bouton NOUS CONTACTER.

Vous pouvez également accéder à l’ensemble des œuvres disponibles de l’artiste en cliquant sur AUTRES OEUVRES.

Galerie d’Art Diane de Polignac » Galerie Diane de Polignac Viewing Room