Sam Francis

« J’ai peint pour rester vivant » confie Sam Francis.

Alité pendant trois ans à la suite d’un accident d’avion en 1943 alors qu’il est engagé comme pilote dans la USA Air Force, la peinture devient pour Sam Francis son moyen de survie et la force de sa guérison.

« Ne peindre que le fond, lieu de l’infini en peinture. » Sam Francis

Par la technique du all over, les toiles de Francis expriment l’infini, l’espace sans début ni fin, des morceaux de ciel tels que Francis les explorait lorsqu’il survolait le désert.

Seule la tâche est forme, soumise au hasard, qui surgit spontanément. La figure elle se dissout laissant poindre « l’espace qui s’étend entre les choses ».

A la croisée d’un Clifford Still et d’un Mark Rothko pour le Colorfield, et d’un Jackson Pollock pour l’Action painting et le dripping, Sam Francis s’est aussi inspiré des pratiques novatrices de Matisse en matière de couleur, de dimensionnalité de l’espace et d’épuration de la forme.

« Il n’y a pas de développement dans mes peintures. Il y a un rythme. Elles sont toutes intenses du début à la fin. » Sam Francis

L’œuvre de Francis est prolifique explorant des rythmes aussi variés qu’audacieux : deeps, mosaïques, blueballs, mandalas… une œuvre explosive, empreinte de mysticisme, de spiritualité et de philosophie – une discipline qu’il a étudiée – nourrie de ses nombreux voyages à travers le monde, du Japon au Mexique, en passant par l’Inde et la France.

« Il y a chez lui un sentiment cosmique et métaphysique pour une nature à la fois accueillante et démesurée à l’échelle de la Californie du Nord et du Pacifique. » Yves Michaud

La Sam Francis Foundation installée en Californie s’occupe entre autres du Catalogue raisonné des œuvres de l’artiste. Déjà paru : the Catalogue Raisonné of Canvas and Panel Paintings, 1946–1994. Actuellement en préparation, le second volume des œuvres uniques sur papier.

Expositions

Sam Francis: Rapid fluid indivisible vision, Bechtler Museum Of Modern Art, Charlotte, North Carolina, du 18 septembre 2015 au 7 mars 2016.
Sam Francis: Master Printmaker, Milwauke Art Museum, Milwaukee, Wisconsin, Du 24 novembre 2015 au 20 mars 2016.

Collections publiques

Amsterdam, Stedelijk Museum
Bâle, Kunstmuseum
Londres, Tate Gallery
Los Angeles, The Museum of Contemporary Art (MOCA)
Montréal, Musée des Beaux-Arts
New-York, Museum of Modern Art (MoMa)
Paris, Musée national d’Art Moderne Centre Georges-Pompidou
Tokyo, Idemitsu Museum of Arts

Expositions personnelles majeures

Paintings by Sam Francis, The Philips Gallery, Washington, 1958
Sam Francis, Kunsthalle, Düsseldorf, 1959
Sam Francis, exposition itinérante : Kunsthalle, Berne / Moderna Museet, Stockholm, 1960
Sam Francis. A retrospective exhibition, The Museum of Fine Arts, Houston, 1967
Sam Francis, exposition itinérante : Kunsthalle, Bâle / Stedelijk Museum, Amsterdam, 1968
Sam Francis, Centre national d’Art contemporain, Paris, 1968-69
Sam Francis. Paintings 1947-1972, exposition itinérante : AlbrightKnox Art Gallery, Buffalo / Corcoran Gallery, Washington / Whitney Museum of American Art, New York / Dallas Museum of Fine Arts, Dallas / Oakland Museum, Oakland, 1972-73
Paintings of Sam Francis in The Idemitsu Collection, Idemitsu Art Gallery, Tokyo, 1974
Sam Francis: The Fifties, The Philips Collection, Washington, 1980
Sam Francis, les années parisiennes 1950-1961, Galerie du Jeu de Paume, Paris, 1995-96
Sam Francis: Paintings 1947-1990, exposition itinérante : The Museum of Contemporary Art (MOCA), Los Angeles / Menil Collection, Houston / Malmö Konsthall, Sweden / Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid / Galleria nazionale d’Arte moderna, Rome, 1999–2001
Solo museum show, Idemitsu Museum of Arts, Osaka and Tokyo, 2000
Solo exhibition, Kunstmuseum, Bern, 2006

Sam Francis
Sam Francis

L’Aventure de la couleur. Œuvres phares du Centre Pompidou
Du 24 février 2018 au 22 juillet 2019
Centre Pompidou – Metz

Dès les prémices de la création du Centre Pompidou en 1977, la couleur, employée comme un code, est au cœur du projet architectural de Renzo Piano et Richard Rogers. Ce sont ces mêmes couleurs pures qui ouvrent le bal polychrome de l’exposition L’Aventure de la couleur. Œuvres phares du Centre Pompidou, consacrée à la persistance des réflexions sur la couleur dans l’histoire de l’art moderne et contemporain, d’Henri Matisse à François Morellet.

Plus d’informations

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet

Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet
Du 13 avril au 20 août 2018
Musée de l’Orangerie – Paris

En 1955, Alfred Barr fait entrer au Museum of Modern Art de New York un grand panneau des Nymphéas (W1992) de Monet, alors que ces grandes « décorations » demeurées dans l’atelier de Giverny commencent à attirer l’intérêt des collectionneurs et musées.
Monet est alors présenté comme « une passerelle entre le naturalisme du début de l’impressionnisme et l’école contemporaine d’abstraction la plus poussée » de New York, ses Nymphéas mis en perspective avec les tableaux de Pollock, tels que Autumn Rhythm (number 30), 1950. La réception du dernier Monet s’opère alors en résonnance avec l’entrée au musée de l’expressionnisme abstrait américain. Au même moment est forgée la notion d’ »impressionnisme abstrait ».
C’est sur ce moment précis de la rencontre entre la redécouverte des grandes décorations du maître de Giverny et la consécration de l’École abstraite new-yorkaise que l’exposition du musée de l’Orangerie s’arrêtera, à travers une sélection de quelques œuvres tardives de Monet et une vingtaine de grandes toiles d’artistes américains tels que Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman, Clyfford Still, Helen Frankenthaler, Morris Louis, Philip Guston, Joan Mitchell, Mark Tobey, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle et Ellsworth Kelly.
A l’entrée des Nymphéas, un hommage sera rendu à Ellsworth Kelly, artiste américain abstrait disparu en 2015 et dont l’oeuvre ne cessa de dialoguer avec celle de Monet. Cet accrochage est conçu par Eric de Chassey avec le soutien des American Friends of the Musée d’Orsay and the Musée de l’Orangerie.

Commissaire général
Cécile Debray, conservateur en chef, directrice du musée de l’Orangerie

Plus d’informations