huguette arthur bertrand - portrait

Huguette Arthur Bertrand

(1922-2005)

Rare femme artiste de l’Abstraction lyrique, Huguette Arthur Bertrand est un membre actif de la scène artistique parisienne d’Après-guerre, côtoyant les peintres Pierre Soulages, Jean Dewasne, Martin Barré et Pierre Dmitrienko parmi d’autres.

Œuvres

Pour recevoir des informations sur les œuvres disponibles de Huguette Arthur Bertrand,
merci de nous contacter au 01 83 06 79 90

huguette arthur bertrand - peinture de 1949

Sans titre – 1949
Huile sur toile
38,5 x 55,5 cm
Daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - peinture de 1951

Sans titre – 1951
Huile sur toile
46 x 64 cm
Daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - peinture de 1959 ca

Sans titre – 1959 ca.
Encre sur papier
105 x 76 cm
Signé au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - raz de marée 1960 ca

Raz de Marée – 1960 ca.
Huile sur toile
162 x 130 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; titré au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - pirador 1961

Pirador – 1961
Huile sur toile
89 x 116,5 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; signé, titré et daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - Amers 1964

Amers – 1964
Huile sur toile
195 x 130 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; signé, titré et daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - grand collage 1965

Grand collage – 1965
Gouache et collage sur papier
110 x 75 cm
Signé et daté “Hug Arthur Bertrand 1965” en bas à gauche
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - gévaudan 1966 ca

Gévaudan – 1966 ca.
Huile sur toile
200 x 200 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; signé et titré au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - cela qui gronde 1967

Cela qui gronde – 1967
Huile sur toile
130 x 162 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; titré et daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - déferlant gris et rouge sur brun 1970 ca

Déferlant gris et rouge sur brun – 1970 ca.
Huile sur toile
130 x 162 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à gauche ; signé et titré au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - remous 1984-1986

Remous – 1984-1986
Huile sur toile
130 x 162 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à gauche ; signé, titré et daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - l amant cachalot 1990 ca

L’amant cachalot – 1990 ca.
Huile sur toile
96 x 141 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à gauche ; signé et titré au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

huguette arthur bertrand - voie directe 1992

Voie directe – 1992
Huile sur toile
162 x 130 cm
Signé “Hug Arthur Bertrand” en bas à droite ; signé, titré et daté au dos
Certificat de M. Philippe Bertrand

Biographie

Une jeune femme peintre à Paris Après-guerre

 Née en 1920 à Ecouen, Huguette Arthur Bertrand, d’ascendance méridionale et stéphanoise, passe son enfance à Roanne et s’installe à Paris dans l’immédiat après-guerre. Elle fréquente l’Académie libre de la Grande Chaumière. Grâce à une bourse, elle part un an à Prague entre 1946 et 1947 où elle obtient sa première exposition personnelle. Elle y rencontre le peintre Joseph Sima.

Rare femme peintre dans le paysage artistique, essentiellement masculin, de l’Après-guerre à Paris, elle s’immerge pleinement dans l’ébullition artistique de Saint-Germain-des-Prés. Huguette Arthur Bertrand se lie d’amitié avec les éditeurs, les critiques et les peintres abstraits : ceux de la galerie Denise René, Jean Dewasne, Jean Deyrolle, Serge Poliakoff ; elle est également proche de Martin Barré, Pierre Dmitrienko, James Guitet, Kumi Sugaï et John F. Koenig. Elle fréquente les samedis de l’atelier de Jean-Michel Atlan en compagnie de Marcelle Loubchansky. Elle participe avec fougue à cette effervescence artistique, marquée par des débats passionnés entre figuration et abstraction, mais aussi entre partisans de l’abstraction « froide » et partisans de l’abstraction « chaude » : l’une géométrique ; l’autre gestuelle, lyrique, guidée par un geste libre et spontané.

Dès les années 1950, succès à Paris pour Huguette Arthur Bertrand

Dès les années 1950, la femme artiste Huguette Arthur Bertrand pose toute la force de son art et l’assurance de son vocabulaire artistique fait de zébrures qui hachent, strient, rythment les compositions. Une peinture puissante qui brouille les pistes. Une peinture solide qui marque un caractère déterminé, indépendant, « une peinture qui n’apparaît pas du tout féminine ; une peinture même musclée, une peinture forte, une peinture d’un dynamisme qui semblerait masculin […] » comme le soutient Michel Ragon à son sujet.
Son œuvre explosive, définitivement abstraite à partir de 1950, présente une palette audacieuse, colorée, qui peu à peu évolue vers des tons plus dramatiques concentrés sur une gamme d’ocre, de brun, de rouge-orangé.

En 1949 et en 1950, Huguette Arthur Bertrand participe à l’exposition clé des Mains Éblouies à la Galerie Maeght aux côtés entre autres de Pierre Dmitrienko, et des CoBrA pour celle de 1950 (Pierre Alechensky, Corneille, Jacques Doucet).

D’autres galeries exposent cette femme artiste à Paris : la Galerie Niepce, la galerie La Roue, la Galerie Arnaud surtout…

Huguette Arthur Bertrand participe régulièrement aux principaux salons d’art abstrait à Paris : au Salon de Mai dès 1949 jusqu’à la fin des années 1980, au Salon des Réalités Nouvelles dès 1950 jusqu’aux années 1990, au Salon d’Automne.

L’année 1955 est pour elle une année décisive : elle reçoit le célèbre Prix Fénéon.
En 1956, Huguette Arthur Bertrand participe au Festival de l’Art d’avant-garde, une manifestation importante présentée à la Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille, puis à Nantes.

Reconnaissance internationale d’Huguette Arthur Bertrand           

L’œuvre d’Huguette Arthur Bertrand est présentée à l’étranger : une exposition personnelle lui est consacrée au Palais des beaux-arts de Bruxelles en 1957, et traverse l’Atlantique : la Galerie Meltzer à New York consacre d’abord à la femme artiste une exposition personnelle en 1956, saluée par la critique, puis une exposition de groupe l’année suivante : North and south Americans and Europeans. En 1957, la peintre Huguette Arthur Bertrand participe également à l’exposition New talents in Europe à l’Université d’Alabama. En 1958 et en 1960-1961, elle expose à la Galerie Howard Wise à Cleveland.

Les œuvres de cette femme artiste Huguette Arthur Bertrand continuent d’être exposées dans diverses galeries et manifestations d’art à travers le monde : en Allemagne, en Autriche, en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Angleterre, en Italie… jusqu’au Japon, au Venezuela, au Mexique et à Cuba.

En 1961, Jean-Marie Drot réalise un film sur Huguette Arthur Bertrand pour la télévision française (ORTF).

La femme artiste Huguette Arthur Bertrand parmi le cercle d’amis de Michel Ragon

Proche du critique d’art Michel Ragon, cette femme artiste rencontre son cercle d’amis : Pierre Soulages, Hans Hartung, Gérard Schneider, Zao Wou-Ki, Victor Vasarely… ensemble ils collaborent au recueil La peau des choses, un portfolio d’estampes édité en tirage limité par Jean-Robert Arnaud en 1968 en l’honneur de leur ami Michel.

L’œuvre de maturité d’Huguette Arthur Bertrand 

A partir de 1971, Huguette Arthur Bertrand se tourne vers la tapisserie pendant plus d’une dizaine d’années (elle reçoit des commandes du Mobilier national) et s’ouvre à l’art mural monumental. Au tournant des années 1980, sa gestuelle de plus en plus libérée, apaisée aussi, se résume en de subtils tracés blancs, aériens, tels un souffle sur la toile. La femme artiste Huguette Arthur Bertrand s’éteint en 2005.

© Galerie Diane de Polignac / Astrid de Monteverde
huguette arthur bertrand - portrait atelier

COLLECTIONS (SÉLECTION)

Collections (Sélection)

Aalborg (Danemark), Museum of Modern Art

Angers, Musée Jean Lurçat et de la tapisserie contemporaine

Dunkerque, Lieu d’Art et d’Action Contemporaine (LAAC)

Genève, Fondation Gandur pour l’Art

Minneapolis, Walker Art Center

Nantes, Musée d’arts

Oslo, Fondation Moltzau

Paris, Musée national d’Art Moderne, Centre Georges-Pompidou

Paris, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris

Paris, Bibliothèque nationale

Paris, Mobilier national

Paris, Centre national d’Arts plastiques (CNAP)

Québec, Musée des Beaux-Arts de Québec

Saint-Etienne, Musée d’Art moderne et contemporain de Saint-Etienne

EXPOSITIONS (SÉLECTION)

Expositions (Sélection)

Les Mains éblouies, Galerie Maeght, Paris, 1949 et 1950

Salon de Mai, Paris, 1949-fin 1980

Salon des Réalités Nouvelles, 1950-1990

Festival de l’Art d’avant-garde, Marseille, 1956

Exposition personnelle, Galerie Meltzer, New York, 1956

North and south Americans and Europeans, Galerie Meltzer, New York, 1957

New talents in Europe, Université d’Alabama, Tuscaloosa, 1957

Galerie Howard Wise, Cleveland, 1958, 1960-61

Exposition personnelle, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, 1957

50 ans de collage, exposition personnelle, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 1964

L’Envolée lyrique, Paris 1945-1956, Musée du Luxembourg, Paris, 2006

Les Sujets de l’abstraction, Peinture non-figurative de la Seconde École de Paris (1946-1962), Fondation Gandur pour l’Art, Musée Rath, Genève, 2011

Femmes années 1950. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture, Musée Soulages, Rodez, 2019-2020

BIBLIOGRAPHIE (SÉLECTION)

Bibliographie (Sélection)

Michel Ragon, Une aventure de l’art abstrait, Paris, Laffont, 1956

Herta Wescher, Seize peintres de la Jeune École de Paris, Le Musée de Poche, Paris, Georges Fall, 1956

Michel Seuphor, Dictionnaire de la peinture abstraite, Paris, Hazan, 1957

Bernard Pingaud, Huguette Arthur Bertrand, monographie, Paris, Hoffer, 1964

Michel Seuphor et Michel Ragon, L’art abstrait, Paris, Maeght, 1973

Michel Ragon, Huguette Arthur Bertrand, suivi de Notes de parcours du peintre, monographie, Paris, Porte du Sud/ Galarté, 1987

Geneviève Bonnefoi, les années fertiles, 1940-1960, Paris, Perrin, 1988