robert helman - portrait

Robert Helman

(1910-1990)

Robert Helman est un peintre majeur de la scène artistique parisienne de l’après-guerre. Juif français d’origine roumaine, cet artiste puise son inspiration dans son parcours personnel de migrant et d’exilé, ainsi que dans son rapport à la nature. Ses séries Genèses, Soleils, Arbres, Forêts… témoignent d’une volonté de réinventer le monde après le traumatisme de la guerre.

Pour recevoir des informations sur les œuvres disponibles de Robert Helman,
merci de NOUS CONTACTER.

Robert Helman : Enfant en Roumanie puis étudiant à Paris

Robert Helman naît le 9 février 1910 à Galati en Roumanie, là où le Danube se jette dans la mer Noire. Son grand père est grand rabbin du kaiser à Vienne et son père commerçant, est propriétaire d’une distillerie d’alcool. Sa mère, présidente d’un orphelinat, jouera un rôle essentiel dans son éducation. Elle engage pour lui un professeur de violon mais Robert ne montre aucune disposition pour la musique. Un second professeur, de dessin et de peinture cette fois, est donc engagé à la place. Cet enseignement déclenchera une véritable vocation chez Robert Helman.

À 17 ans, Robert Helman, bercé par la culture française, obtient son baccalauréat et exprime la volonté de partir en France étudier à l’université. À ce moment là, la Roumanie avait mis en place des quotas limitant l’entrée des Juifs dans les universités. Les parents de Robert acceptent cette décision à condition qu’il suive des études de droit ou de médecine. Robert Helman arrive donc à Paris en juillet 1927 et s’inscrit à la faculté de droit. Il devient très vite militant, proche des étudiants trotskystes comme le futur écrivain et éditeur Maurice Nadeau, dont il fera plus tard le portrait.

Robert Helman obtient sa licence de droit en 1931. Lors d’un séjour dans sa ville natale, il rencontre Zéna Jolles, elle aussi étudiante à Paris. De retour dans la capitale, ils militent ensemble et discutent longuement de la guerre d’Espagne et de la montée du nazisme en Allemagne. Zéna et Robert se marient en Roumanie en 1936, puis reviennent à Paris où Robert exerce quelques temps la profession d’avocat.

L’exil à Barcelone de Robert Helman

En septembre 1939, Robert Helman propose ses services à l’Armée française mais étant de nationalité roumaine, il ne sera pas engagé. Grâce à leurs relations avec les milieux trotskystes, Zéna et Robert sont informés en avance de l’offensive hitlérienne en France et décident de quitter Paris immédiatement pour se réfugier à Barcelone. Zéna et Robert Helman passent la frontière grâce à de faux certificats de baptême obtenus auprès du curé de l’église de Saint-Germain-des-Prés.

Démunis, ils vendent leurs effets personnels et leurs alliances. La recherche de travail est particulièrement ardue car ni Zéna ni Robert ne parlent espagnol. Zéna trouve néanmoins un poste d’assistante dans un hôpital. Robert, malgré son diplôme de droit, fait des petits boulots : serveur, livreur… À Barcelone, le couple rencontre de nombreux réfugiés qui s’installent en Espagne ou qui se rendent au Portugal ou en Amérique du Sud. Comme pendant la Première Guerre mondiale, Barcelone accueille de nombreux artistes européens.

C’est dans ce contexte que Robert Helman se met à peindre. Cherchant du travail, il entre dans la boutique d’un cordonnier. Ce dernier lui demande ce qu’il aime faire, Helman répond qu’il aime peindre mais qu’il n’a pas de quoi acheter du matériel. Le cordonnier lui donne de l’argent et lui commande une œuvre. Robert Helman peint une nature-morte de fleurs que le cordonnier revend immédiatement pour le double de la somme donnée à l’artiste. Robert Helman témoigne : « Ce fut le début de ma carrière de peintre ».

Excellent portraitiste, Robert Helman commence à gagner sa vie à Barcelone grâce à sa peinture. Il rencontre ainsi le peintre Jaime A. Colson professeur à l’Académie des beaux-arts de Barcelone. Ce dernier lui apprend la technique de la fresque et l’invite à rejoindre le collectif d’artistes « Los artistas de la Campana de San Gervasio ». Ce collectif prend le nom du café dans lequel ses membres se rencontrent. Le groupe rassemble entre autres les artistes Joan Vilató et Josep Vilató (neveux de Pablo Picasso), Joan Ponç, Antoni Tápies, Modest Cuixart, José María de Sucre et le poète Joan Brossa ainsi que le critique d’art Arnau Puig. C’est ainsi qu’en 1945 les œuvres de Robert Helman sont présentées pour la première fois dans des galeries de Barcelone. En novembre, il bénéficie de sa première exposition personnelle à la Galerias Pictoria.

Le retour à Paris du peintre Robert Helman

À la Libération, Zéna et Robert Helman reviennent à Paris. Robert se consacre entièrement à la peinture et s’installe dans l’ancien atelier de son ami le peintre Emmanuel Mané-Katz qu’il avait rencontré à Barcelone. Robert Helman investit ainsi le 255 boulevard Raspail, dans le quartier de Montparnasse. Zéna Helman intègre le laboratoire de psychobiologie de l’enfant du Professeur Henri Wallon. Le couple a perdu beaucoup d’amis pendant la guerre mais retrouve l’éditeur Maurice Nadeau qui écrira des textes pour les expositions de Robert. En 1947 naît leur fils Henri. Cette année-là, Robert Helman bénéficie d’expositions personnelles à la Galerie Berri-Raspail à Paris, à la Galerie Alsace-Lorraine à Oran, à la Galerie Le Nombre d’or à Alger.

En 1948, Robert Helman rencontre de nombreux artistes : les peintres espagnols Oscar Dominguez et Antoni Clavé ainsi que le peintre roumain Victor Brauner et le peintre franco-algérien Jean-Michel Atlan. Cette communauté d’artistes se retrouve dans les cafés : au Dôme, à La Coupole, au Select… Paris accueille alors de nombreux artistes étrangers. Cette année-là, Robert Helman expose plusieurs fois à la Galerie Breteau notamment aux cotés de Jean-Michel Atlan, Pierre Soulages, Hans Hartung, Oscar Dominguez, Henri Goetz

En 1949, Robert Helman et Emmanuel Mané-Katz réalisent une fresque murale (L’Arbre, 1,30 x 2,10 m) pour la Bibliothèque botanique de Netanya en Israël. Robert Helman s’installe ensuite dans le sud de la France à Saint-Paul-de-Vence où il se lie d’amitié avec le poète André Verdet. Le peintre y reste seulement huit mois : la lumière du midi l’empêche de peindre, dit-il.

Zéna et Robert Helman sont naturalisés français le 15 juillet 1950. Zéna intègre le Centre national de la recherche scientifique comme attachée de recherche à l’hôpital Sainte-Anne dans le service d’électroencéphalographie.

Les rencontres déterminantes du peintre Robert Helman

La première monographie de Robert Helman est publiée en 1951 aux éditions Les Gémeaux, collection « Les Artistes du temps présent » écrite par Jean Bouret. En 1952, le peintre Robert Helman rencontre le critique d’art italien Giuseppe Marchiori qui lui organise une exposition personnelle à la Galleria Sandri à Venise.

Robert Helman et son fils Henri se rendent au Canada en 1953. En effet, les parents de Robert s’y étaient installés après la guerre et Robert veut être auprès de son père qui subit alors une opération. Robert rencontre ainsi à Montréal les collectionneurs Romeck et Lorette Shefner. La famille Shefner acquerra pendant trente ans de nombreuses œuvres de Robert Helman constituant le plus grand ensemble de ses oeuvres au Canada. Robert Helman bénéficie également de nombreuses expositions personnelles au Canada.

Grâce à son ami Emmanuel Mané-Katz, Robert Helman rencontre en 1955 Alexander et Stella Margulies, importants collectionneurs londoniens. Ils feront des acquisitions annuelles d’œuvres de Robert pendant plus de quinze ans. Cette année-là, le peintre Robert Helman participe au Salon de Mai à Paris, et intègre des expositions de groupe à la Galerie Charpentier et à la Galerie 73 à Paris. Son ami Jean Cocteau lui achète une œuvre et en parle ainsi : « Votre toile est un paysage où la nature et l’esprit ont intimement mêlé leurs rythment essentiels ». Robert Helman rencontre le galeriste Henri Bénézit qui montrera ses œuvres de nombreuses fois.

En 1958, Robert Helman s’installe dans l’ancien atelier de son ami le peintre Oscar Dominguez au 83 boulevard du Montparnasse. Au même moment, il se lie d’amitié avec le critique d’art Pierre Restany qui contribuera à la reconnaissance de son œuvre en France et en Italie. En octobre 1959, la deuxième monographie de Robert Helman est publiée aux éditions Georges Fall, collection « Le musée de poche », écrite par Philippe Soupault. Cette même année, la Tate Gallery de Londres acquiert une œuvre de Robert Helman.

En 1961, Robert Helman rencontre le marchand Gualtieri di San Lazzaro avec lequel il se lie d’amitié et qui l’expose à la Galerie du XXe siècle.

À partir de 1962, le marchand Beno d’Incelli montrera les œuvres de Robert Helman de nombreuses fois dans sa galerie parisienne aux côtés notamment de Jean Dubuffet, Jean Fautrier, André Lanskoy et Serge Poliakoff. En 1963, l’artiste Robert Helman se rapproche de Jean Bauchet, propriétaire du Moulin-Rouge et de plusieurs casinos. Amateur d’art, il constitue la plus grande collection d’œuvres de Robert Helman en France. Le peintre rencontre également Harrisson et Sonia Eiteljorg, mécènes américains dont la collection constitue le fonds du Musée d’Art moderne d’Indianapolis et qui acquièrent de nombreuses œuvres de Robert Helman. À partir de 1964, le peintre est présenté régulièrement à la Galerie Renée Laporte auprès des artistes Olivier Debré, Ladislas Kijno, André Marfaing, Joseph Sima…

L’atelier en Champagne de l’artiste Robert Helman

En 1962, Robert Helman visite la Champagne avec son ami le peintre Albert Bitran qui souhaite y acheter une maison. Helman a alors un coup de cœur pour la forêt d’Othe qui lui rappelle les paysages de son enfance sur les bords de Danube. Il y achète ainsi une propriété qui devient son atelier d’été, puis sa résidence principale à la fin de sa vie.

En 1966, l’artiste Robert Helman rencontre le marchand d’art Allan Rich qui l’invite à faire l’ouverture de sa nouvelle galerie à San Francisco : la Stewart-Verde Gallery. Robert Helman séjourne ensuite au Mexique où il découvre les papiers d’écorce de bois : ce matériau est idéal pour cet artiste inspiré par la nature et la forêt en particulier. Il rapporte une centaine de ces feuilles en France et crée une série d’arbres sur ce support.

Robert Helman s’installe dans l’ancien atelier du peintre Antoni Clavé au 45 rue Boissonade. Il conservera cet atelier jusqu’à la fin de sa vie. Il laisse son ancien atelier du 83 boulevard du Montparnasse à son fils Henri qui est alors étudiant en cinéma à l’école Louis-Lumière.

En 1969, Robert Helman bénéficie d’une rétrospective au Musée d’Art moderne de Tel-Aviv avec un catalogue rassemblant des textes de Philippe Soupault, Jacques Lassaigne, Giuseppe Marchiori, Georges Boudaille et Pierre Restany. Au cours de ce séjour en Israël, Robert Helman crée une série de tapisseries qu’il exposera en 1972 à New York à la Greer Gallery. L’artiste crée une seconde série de tapisseries en 1973 à la manufacture d’Aubusson.

En 1974, André Parinaud présente Robert Helman à Dominique et Albert Verbeke qui vont l’exposer pendant plusieurs années dans leur galerie de la place Fürstenberg, à Saint-Germain-des-Prés.

En 1975, une troisième monographie consacrée à Helman et écrite par Max-Pol Fouchet parait aux éditions Le
Cercle d’Art. En 1981, Robert Helman rencontre le galeriste allemand Wolfgang Gunther qui lui permet d’exposer ses œuvres régulièrement en Allemagne pendant de nombreuses années. En 1983, Robert Helman bénéficie de sa première grande rétrospective, présentée à l’Orangerie de Bagatelle à Paris et organisée par Françoise Marquet, conservatrice au Musée d’Art moderne de Paris.

En 1983, à 73 ans, Robert Helman perd son œil gauche en ouvrant une bouteille de champagne. Très affaibli par les opérations chirurgicales, il reprend la peinture quelques mois plus tard en représentant à nouveau des Soleils, thème de ses débuts. En 1987, le peintre reçoit l’historienne d’art Lydia Harambourg dans son atelier. Elle prépare alors son Dictionnaire des peintres de l’École de Paris qui paraitra en 1993.

À partir de 1988, Robert Helman s’installe de façon permanente dans sa maison en Champagne. Il y crée des sculptures en métal qui seront exposées à la Galerie Michèle Heyraud et à la Galerie La Pochade à Paris. L’année suivante, il signe un contrat avec la Galerie Eterso à Cannes qui lui achète une partie de ses œuvres et qui montre son travail aux côtés d’Olivier Debré, Hans Hartung, Gérard Schneider

Le 9 février 1990, l’artiste Robert Helman fête son 80e anniversaire à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, invité par la directrice Marie-Claude Beaud. Robert Helman décède le 7 novembre 1990 dans sa maison en Champagne.

© Galerie Diane de Polignac

robert helman - portrait 1952

Robert Helman, 1952

COLLECTIONS (SÉLECTION)

Collections (sélection)

Cagnes-sur-Mer, Château-Musée

Colmar, Musée d’Unterlinden

Dijon, Musée des Beaux-Arts (donation Granville)

Indianapolis, IN, Indianapolis Museum of Art

Jérusalem, Musée d’Israël

Londres, Tate Modern Gallery

Paris, Fonds national d’art contemporain

Paris, Musée d’Art moderne de Paris

Paris, Musée national d’art moderne – Centre Pompidou

Saint-Paul-de-Vence, Musée municipal

Sens, Musées de Sens

Stuttgart, Stadtmuseum

Tel-Aviv, Musée d’Art moderne

Troyes, Musée d’Art moderne

Turin, Galleria Civica d’Arte moderna e contemporanea

EXPOSITIONS (SÉLECTION)

Expositions (sélection)

Exposition de groupe : Bayon, Rutta Block de Rosenstingl, Calderon, E. Castells, J. Colson, M. Fargas, Fret, Gabino, Grandara, Helman, Hubert Vallmitjana, J.O. Jansana, T. Kurimoto, Olive Busquets, Sanjuan, José M. de Sucre, Galerias Reig, Barcelone, 1945

Exposition personnelle, Galerias Pictoria, Barcelone, 1945

Exposition personnelle, Galerie Berri-Raspail, Paris, 1947

Exposition personnelle, Galerie Alsace-Lorraine, Oran, 1947

Exposition personnelle, Galerie Le Nombre d’or, Alger, 1947

Exposition personnelle, Galerie Breteau, Paris, 1948

Exposition de groupe : Les Six Jours, Atlan, Booumeester, Smadja, Soulages, Bertholle, Beyer, Le Moal, Manessier, Bott, Dominguez, Hartung, Picasso, Guita, Goetz, Loubchansky, Shoffer, Helman, Moisset, Parra, Vanier, Jacobsen, Gilioli, Leleu, Étienne-Martin, Galerie Breteau, Paris, 1948

Exposition personnelle, Galerie Colline, Oran, 1948

Exposition personnelle, Galerie Louis Manteau, Bruxelles, 1949

Exposition personnelle d’aquarelles, Galerie Mouradian et Valloton, Paris, 1952

Exposition personnelle, Incontro con Robert Helman, Galleria Sandri, Venise, 1952

Exposition personnelle, Galerie Agnès Lefort, Montréal, 1954

Exposition personnelle, Galerie Elisabeth Nelson, Chicago, 1954 XIe Salon de Mai, Paris, 1955

Exposition de groupe, L’École de Paris, Galerie Charpentier, Paris, 1955

Exposition de groupe : Aïzpiri, Beaulieu, Calmettes, Clavé, Condoy, Cortot, Dominguez, Nita Flores, Helman, Galerie 73, Paris, 1955

Exposition personnelle, Galerie Octobon, Saint-Paul-de-Vence, 1955

Exposition personnelle, Galerie Henri Bénézit, Paris, 1955, 1957

Exposition de groupe : Atlan, Chapoval, Garbell, Janson, Helman, Lanskoy, Pichette, Tal Coat, Galerie Henri Bénézit, Paris, 1956-1957

Exposition de groupe : Henri Bénézit et Éraste Touraou présentent : Atlan, Chapoval, Helman, Lanskoy, Pichette, Tal Coat, Galerie Ex-Libris, Bruxelles, 1957

Exposition de groupe : Anthoons, Chapoval, Chavignier, Corneille, Doucet, Garbell, Guitet, Helman, Pichette, Sugaï, Galerie Muratore, Nice, 1957

Exposition de groupe : Atlan, Chapoval, Garbell, Janson, Pichette, Caillaud, Duault, Helman, Lanskoy, Tal Coat, André Verdet, Galerie Sous-Barri, Saint-Paul-de-Vence, 1957

Exposition de groupe, Artistes juifs contemporains de France, Atlan, Chagall, Mané-Katz, Michonze, Zack, Helman, Ben Uri Art Gallery, Londres, 1957

Exposition personnelle, Galleria Apollinaire, Milan, 1958

Exposition personnelle, Galleria Blu, Milan, 1958

XIVe Salon de Mai, Paris, 1958

Exposition personnelle, Nicole Gallery, New York, 1958

Exposition personnelle d’encre, gouaches et dessins, La Hune, librairie-galerie, Paris, 1959

Exposition de groupe, L’École de Paris : cinq critiques désignent sept artistes, Buffet, Pignon, Masson, Istrati, Helman, Galerie Charpentier, Paris, 1959

Exposition collective, La peinture française d’aujourd’hui, Hartung, Helman, Vieira da Silva…, Association des Musées d’Israel, Musée National Bezalel , Jerusalem, 1960

Exposition de groupe, Sept peintres de l’École de Paris (Adamoff, Helman, Abidine, Arbas, Lan-Bar, Orazi, Klieman, Galerie Pego’s Montréal, 1960

Exposition personnelle, Nicole Gallery, New York, 1960

Exposition itinérante à travers le Royaume-Uni (The Towner Art Gallery, Eastbourne ; The Art Gallery, Southampton ; The National Museum of Wales, Cardiff ; The Art Gallery, Aberdeen ; The Kelvingrove Art Gallery and Museum, Glasgow ; The Ferens Art Gallery, Kingston-upon-Hall ; The City Museum & Art Gallery, Birmingham ; The Walker Art Gallery, Liverpool) organisée par le Arts Council, The Margulies Collection : New Paintings From Paris, 1960-1961

Exposition de groupe : Bellegarde, Halpern, Helman, Krajcberg, Orazi, Cave-Galerie Jeanne Fillon, Paris, 1961

Exposition personnelle, Galerie du XXe siècle, Paris, 1961

Exposition personnelle, La Forêt, Galleria Blu, Milan, 1961

Exposition de groupe, Galerie Jacques Martin, Saint-Paul-de-Vence, 1961

Exposition personnelle, Galerie Parti-Pris, Grenoble, 1961

Exposition de groupe, Exposition des artistes de la galerie : Atlan, Dubuffet, Fautrier, Helman, Lanskoy, Maryan, Messagier, Poliakoff, Rebeyrolle, Riopelle, Tal Coat, Wols, Galerie Beno d’Incelli, Paris, 1962

Exposition de groupe, La Collezione di un Bambino, Galleria Il Traghetto, Venise, 1962

XVIIIe Salon de Mai, Paris, 1962

Exposition personnelle, La Forêt, Galleria Il Canale, Venise, 1962

Exposition personnelle, Galleria Il Centro, Naples, 1963

XIXe Salon de Mai, Paris, 1963

Exposition personnelle, Robert Helman, Jardins et Forets, Casino du Liban, Beyrouth, 1963

Exposition personnelle, La Forêt, Galerie Cavalero, Cannes, 1963

Exposition personnelle, Galerie Hilt, Bâle, 1963

Exposition de groupe, Painting and Sculpture Today, Indianapolis Museum of Art, Indianapolis, 1964

Exposition personnelle, Galerie Lutz et Meyer, Stuttgart, 1964

Exposition de groupe, Caillaud, Chavignier, Clavé, Dumitresco, Helman, Istrati, Galerie Beno d’Incelli, Paris, 1964

Exposition personnelle, La Sala Gaspar, Barcelone, 1964

Exposition personnelle, Galerie Beno d’Incelli, Paris, 1965, 1968, 1972

Exposition personnelle, Galerie Stewart-Verde, San Francisco, 1966

Exposition personnelle, Musée municipal de Saint-Paul-de-Vence, 1967

Exposition de groupe, Robert Helman et Marcello Avenalli, Galleria Santa Maria, Rome, 1967

Exposition personnelle, L’Entracte, Lausanne, 1969

Exposition personnelle, Musée d’art moderne, Tel-Aviv, 1969

Exposition de groupe, Présence européenne, Galleria La Bussola, Turin, 1971

Exposition de groupe, Un peintre Robert Helman (peintures et tapisseries), un sculpteur Nardo Dunchi (marbres), Allan Rich Gallery, New York et Greer Gallery, New York, 1972

Exposition personnelle, Galleria Procolo, Castellana Grotte, 1972

Exposition personnelle, Peintures et tapisseries sur le thème de la forêt : 1957-1972, Château-Musée, Cagnes-sur-Mer, 1973

Exposition personnelle, Galleria La Seggiola, Salerne, 1973

Exposition personnelle, Robert Helman : Peintures et Gouaches, Galerie Albert Verbeke, Paris, 1974

Exposition personnelle, Robert Helman : Tapisseries et Écorces, Galerie Jacques Verrière, Paris, 1974

Exposition personnelle, Kar Gallery, Toronto, 1974

Exposition personnelle, Galleria Interarte, Gênes, 1974

Exposition personnelle, Musée de l’Outil, Troyes, 1975

Exposition personnelle, Galerie Albert Verbeke, Paris, 1975

Exposition personnelle, Galerie Frédéric Gollong, Saint-Paul-de-Vence, 1975

Exposition personnelle de gravures et de gouaches, Artcurial, Paris, 1977

Exposition de groupe, Meubles Tableaux, Centre national d’art contemporain, Musée Beaubourg, Paris, 1977

Exposition personnelle, Galerie Gordon, Tel-Aviv, 1977

Exposition personnelle, Galleria Guglielmo Tell, Chiasso, 1977

Exposition de groupe, Le paysage intérieur, aujourd’hui, Château de Vesvres, 1978

Exposition de groupe, Jewish Art : peintures et sculptures d’artistes juifs du XXe siècle de l’école française et britannique (Atlan, Zadkine, Soutine, Modigliani, Chagall, Helman), Kelvingrove Art Gallery and Museum, Glasgow, 1979

Exposition personnelle, Figure humaine – peintures et écorces, Galerie Bellint, Paris, 1979

Exposition personnelle, Château de Mont-Saint-Jean, 1980

Exposition personnelle, Genèses, Galerias Rayuela, Madrid, 1981

Exposition personnelle, Galerie Limmer, Fribourg, 1981, 1984, 1985, 1987, 1989

Exposition personnelle, Quatre Éléments, Galerie Siete Siete, Caracas, 1981

Exposition personnelle, Greer Gallery, New York, 1981

Exposition personnelle, Galerie Becher, Wuppertal, 1982, 1985

Exposition personnelle rétrospective, Helman – Peintures 1943-1983, Orangerie de Bagatelle, Paris, 1983

Exposition personnelle, Galerie Michèle Heyraud – Nadine Bresson, Paris, 1983, 1988

Exposition de groupe, Matisse, Picasso, Chagall, Fautrier, Bellmer, Dali, Karskaya, Fini, Helman, Galerie Scherer, Fribourg, 1983

Exposition de groupe, Charles Estienne & l’Art à Paris 1945-1966, Centre national des arts plastiques, Paris, 1984

Exposition de groupe, Aspect de l’art en France de 1950 à 1980, collection de Christie et Lionel Cavalero, Musée Ingres, Montauban, 1985

Exposition personnelle, Robert Helman, Paysages de Genèses, Galerie Mayanot, Jérusalem, 1986

Exposition personnelle, Galerie La Pochade, Paris, 1986, 1987, 1988

Exposition de groupe, Accrochage 50, Galerie Nickel-Odéon, Paris, 1986

Exposition personnelle, La Genèse de la Lumière, Palais des Congrès, Megève, 1988

Exposition de groupe, D’hier à aujourd’hui : Arnal, Doucet, Debré, Hartung, Helman, Schneider, Galerie Eterso, Cannes, 1989

Exposition personnelle, Helman – 50 ans de peinture, Galerie Eterso, Cannes, 1990

Exposition personnelle, Hommage à Robert Helman, Galerie Duras-Martine Queval, Paris ; Galerie Valsyra Lausanne, Montreux ; Galerie Eterso, Cannes, 1991

Exposition personnelle rétrospective, Helman 1910-1990, peintures et sculptures, Musée d’art moderne, Troyes, 1994

Exposition personnelle, Galerie Nicolas Deman, Paris, 2000

Exposition personnelle, Robert Helman – Paysages imaginaires de la Genèse, Musée d’Unterlinden, Colmar, 2007

Exposition personnelle, Galerie 53, Paris, 2007

Exposition personnelle, Robert Helman, Orangerie des Musées de Sens, 2010

Exposition personnelle, Galerie 53, Paris, 2010

Exposition collective, Dmitrienko, Helman, Lindström, Maria Manton, Vieira da Silva… Art Elysées, Paris, 2010

Exposition collective, Gris … Ouverture sur la couleur, Asse, Bitran, Helman, Lindström, Arpad Szenes, Vieira da Silva…,Galerie 53, Paris, 2010

Exposition collective, La lettre secrète, Helman, Karskaya, Vieira da Silva, Jan Voss,… Galerie de Buci, Paris, 2015

Exposition collective, Orient Express…de Paris à Istanbul, Abidine, Dumitresco, Hantai, Helman, Herold, Vasarely, Galerie Courtaigne, Paris 2018

BIBLIOGRAPHIE (SÉLECTION)

Bibliographie (sélection)

Jean Bouret, Helman, Paris, Les Gémeaux, coll. « Les artistes du temps présent », 1951

Jean Cassou, Les Peintres témoins de leur temps, Paris, Musée d’Art moderne, 1953

Raymond Cogniat, L’Histoire de la peinture, Paris, Fernand Nathan, 1955

Raymond Nacenta, École de Paris, son histoire, son époque, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1958

Pierre Restany, Lyrisme et Abstraction, Milan, Apollinaire, 1958

Philippe Soupault, Helman, Paris, Georges Fall, coll. « Le musée de poche », 1959

André Verdet, Forêts de Helman, Saint-Paul-de-Vence, Parler, 1961

Georges Boudaille, Denys Chevalier, Marie-Henriette Foix, Alain Gheerbrant, Giuseppe Marchiori, Helman, revue Parler, Paris, n°15, printemps 1963

Giuseppe Marchiori, Helman, Paris, Impriludes-Bernard Lucas, Paris, 1965

André Verdet, Vers une République du Soleil, Paris, Jean Oswald, 1968

Max-Pol Fouchet, Helman, Paris, Le Cercle d’art, 1975

Ronald Alley, Catalogue of the Tate Gallery’s collection of modern art other than works by british artists, Londres, Tate Gallery and Sotheby Parke-Bernet, 1981

Françoise Armengaud, Titres, entretien avec Robert Helman du 24 mars 1986, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988

Lydia Harambourg, L’École de Paris, 1945-1965, Dictionnaire des peintres, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1993

Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Gründ, 2006

Lydia Harambourg, Robert Helman, Musée Unterlinden, Somogy, Paris, 2007

Lydia Harambourg, Helman, Cercle d’Art, coll. « Découvrons l’art du XXème siècle », Paris, 2010